Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude de la néphrotoxicité induite par les plantes chez les patients du service de néphrologie - 10/05/18

Doi : 10.1016/j.toxac.2018.04.084 
N. Touiti 1, 2, , I. Iken 1, 3, 4, M. Chebaibi 1, 2, S. Achour 3, 4, T. Sqalli Houssaini 5
1 Équipe de recherche « toxicologie et santé environnementale », centre de recherche biomédicale, faculté de médecine et pharmacie de l’université de Fès Sidi Mohammed Ben Abdellah, Fès, Maroc 
2 Faculté des sciences et technologies de Fès, Maroc 
3 Service de toxicologie, centre hospitalier universitaire Hassan II, Fès, Maroc 
4 Faculté de médecine et de pharmacie, Fès, Maroc 
5 Service de néphrologie, centre hospitalier universitaire Hassan II, Fès, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Objectif

Le but de cette étude était d’évaluer le risque de la néphrotoxicité lié à l’utilisation des plantes chez des patients admis dans le service de néphrologie du centre hospitalier universitaire Hassan II, Fès, Maroc.

Méthode

Une étude prospective a été menée pendant 6 mois entre août 2015 et février 2016. Des informations sur l’âge, le sexe, l’étiologie, les données biologiques ainsi que les plantes utilisées ont été recueillies à partir des dossiers médicaux des patients. Les patients avec une atteinte rénale, âgés de plus de 15 ans, et qui ont utilisé des plantes avant hospitalisation ont été inclus. Les patients ayant reçu une greffe de rein ont été exclus de l’étude. Le lien de causalité entre l’utilisation des plantes et la néphrotoxicité a été établi selon la méthode française d’imputabilité réactualisée en 2011 [1]. Une analyse descriptive de toutes les variables a été réalisée.

Résultats

Au cours de la période d’étude, 58 patients ont été inclus. L’âge moyen des utilisateurs de plantes était de 55,37±19,16 ans, âgés dans 74,2 % des cas entre 20 et 74 ans. Vingt-neuf (50 %) étaient des hommes. Parmi les signes cliniques rénaux présents dans notre population étudiée, l’oligurie a été retrouvée dans 47,1 % des cas, la polyurie dans 29,4 % des cas. En ce qui concerne le type d’atteinte rénale, il était organique chez 46/58 patients (79,3 %), où la néphrite interstitielle aiguë était l’étiologie la plus fréquente représentant 52,2 %, suivie des néphropathies glomérulaires avec 26,1 %. La dialyse était indiquée chez 39,7 % des patients. Vingt et un patients (36 %) présentaient une néphrotoxicité liée à l’utilisation de plantes. Dans cette étude, le score d’imputabilité intrinsèque était I6 dans 4 cas. En ce qui concerne le score de causalité extrinsèque ou le score bibliographique, il s’agissait de B4 dans 8 cas, B3 dans 5 cas, B2 dans 6 cas, B1 dans 2 cas. Le score d’informativité était NI2 dans 14 cas. Les plantes incriminées dans la néphrotoxicité selon l’étude étaient : Herniaria glabra L. (14 %), Rosmarinus officinalis L. (14 %), Aristolochia longa L. (9 %).

Conclusions

La fréquence de la néphrotoxicité induite par les plantes dans notre étude était de 36 %, elle est assez similaire à celle rapportée dans d’autre étude [2]. Il est nécessaire de surveiller les effets indésirables de ces plantes et d’assurer une néphrovigilance et une phytovigilance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 30 - N° 2S

P. S63 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Augmentation des signalements de complications liés à l’usage de cocaïne rapporté au FAN entre 2010 et 2017
  • M. Vincent, C. Eiden, C. Serrand, A. Serre, N. Richard, M.-C. Picot, A. Daveluy, H. Peyrière, Réseau national d’addictovigilance
| Article suivant Article suivant
  • Quand les abeilles butinent des plantes toxiques : mise en évidence de ricinine dans du pollen d’abeille
  • J. Bois-Maublanc, P. Armingaud, R. Kerdraon, T. Francia, L. Got, S. Lefeuvre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.