Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Brûlure du cuir chevelu induite par les décolorations capillaires - 14/05/18

Scalp burns induced by hair bleaching

Doi : 10.1016/j.annder.2018.02.004 
P. Bouschon , A.-C. Bursztejn, J. Waton, F. Brault, J.-L. Schmutz
 Service de dermatologie-allergologie, CHRU Brabois, 6, rue du Morvan, 54500 Vandoeuvre-les-Nancy, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les décolorations capillaires sont des procédures de plus en plus souvent réalisées dans les salons de coiffure. Les produits utilisés sont du peroxyde d’hydrogène et des persulfates, agents chimiques actifs mélangés en milieu basique. Rarement publiée, la brûlure secondaire à la procédure de décoloration capillaire est un effet indésirable traumatisant qui reste peu connu des professionnels de santé.

Observation

Nous rapportons le cas d’une jeune fille de 15 ans qui présentait une plaque d’alopécie cicatricielle séquellaire du vertex. Cette lésion résultait d’une brûlure profonde faisant suite à une procédure de décoloration capillaire qu’elle avait fait réaliser chez son coiffeur habituel. La cicatrisation avait duré environ quatre mois, occasionnant un mal-être chez la patiente.

Discussion

Il s’agit d’un cas rare d’alopécie cicatricielle consécutive à une brûlure chimique basique du cuir chevelu. La réaction d’oxydation induite par le mélange de peroxyde d’hydrogène et de persulfates, préparé en milieu basique, provoque la décoloration des pigments mélaniques des cheveux. La présentation clinique à type d’ulcération unique, bien limitée, suintante, douloureuse, située au niveau du vertex, est similaire aux autres observations publiées dans la littérature. Le mécanisme de brûlure chimique est le plus souvent retenu. Cependant, la procédure étant toujours couplée à l’utilisation d’une source de chaleur, une brûlure thermique peut être associée. L’apparition retardée de la lésion serait due au fait que le mélange de peroxyde d’hydrogène et de persulfates forme des tensioactifs qui favorisent la dissolution lente des composés oxydants au sein de la couche cornée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Hair bleaching is increasingly being carried out in hairdressing salons. The products used are a mixture of hydrogen peroxide and persulfates, both active chemical agents. Scalp burns secondary to hair bleaching are a traumatic adverse effect rarely discussed in publications that continue to be little known among healthcare professionals.

Patients and methods

We report the case of a 15-year-old girl with a plaque of scarring alopecia on the vertex. This lesion resulted from a deep burn following a hair-bleaching procedure. Healing took around 4 months, resulting in discomfort for our patient.

Discussion

This is a rare case of scarring alopecia following a basic chemical burn to the scalp. The oxidation reaction induced by the mixture of hydrogen peroxide and persulfates, prepared in a basic medium, causes bleaching of the melanin pigments in hair. The clinical presentation of a single, well limited, painful, oozing ulceration located at the vertex was similar to the other cases published in the literature. Although a chemical burning mechanism is most often incriminated, the procedure is always coupled with use of a heat source and associated thermal burn may occur. The delayed appearance of the lesion appears to be caused by the forming of surfactants by the hydrogen peroxide/persulfate mixture, resulting in slow dissolution of the oxidizing compounds within the stratum corneum.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Décoloration capillaire, Brûlure chimique, Persulfates, Peroxyde d’hydrogène, Alopécie cicatricielle

Keywords : Hair bleaching, Chemical burn, Persulfates, Hydrogen peroxide, Scarring alopecia


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 145 - N° 5

P. 359-364 - mai 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Granulome de Lever extra-facial sur cicatrice de zona : une réaction isotopique de Wolf
  • E. Melgar, J. Henry, A. Valois, M.-B. Dubois-Lacour, F. Truchetet, B. Cribier, J.-F. Cuny
| Article suivant Article suivant
  • Dermatite lichénoïde annulaire du sujet jeune : un cas et revue de la littérature
  • D. Debois, J.-L. Dargent, P. Ngendahayo, P.-P. Roquet-Gravy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.