Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Consommation de substances psychoactives à la Réunion et à Mayotte, départements français de l’Océan Indien - 16/05/18

Psychoactive substances use in Réunion Island and Mayotte, French departments in Indian Ocean

Doi : 10.1016/j.therap.2018.01.007 
Amélie Daveluy , Françoise Haramburu
 Inserm U1219, service de pharmacologie médicale, centre d’addictovigilance de Bordeaux, CHU de Bordeaux, 33076 Bordeaux cedex, France 

Auteur correspondant. Service de pharmacologie médicale, centre d’addictovigilance, hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux, 33076 Bordeaux cedex, France.Service de pharmacologie médicale, centre d’addictovigilance, hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux, 33076 Bordeaux cedex, France.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mercredi 16 mai 2018

Summary

Introduction

The government plan for the fight against drugs and addictive behaviors 2013–2017 includes several actions concerning French overseas territories, in particular to strengthen information on drug addiction. The Interministerial mission for combating drugs and addictive behaviors (MILD&CA) has commissioned the Bordeaux addictovigilance center to strengthen exchanges on addictovigilance with Réunion Island and Mayotte and to make an inventory of problematic drug use in these two French departments of Indian Ocean.

Method

Two pharmacologists went on an assignment 4.5 days in Reunion and 2 days in Mayotte and met more than fifty people involved in addictology.

Results

In Reunion Island, alcohol is the psychoactive substance by far the most used, followed by zamal, the local name for cannabis. There is a strong tradition of medicines diversion, including trihexyphenidyl, barbiturates and more recently, benzodiazepines. Heroin and cocaine are rarely available. Poly drug use is common. In Mayotte, bangué, the local name for cannabis, is the most used psychoactive substance. The use of “chimique” has emerged in 2012–2013. It is used mainly by teenagers and young adults, causing numerous cases of hospitalizations and consultations in addictology in 2015. These could be synthetic cannabinoids bought on the Internet.

Discussion

It is important to report new or serious cases to better take into account the particularities of these two departments in the French addictovigilance data and to enable analysis of substances consumed.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILD&CA) a demandé au centre d’addictovigilance de Bordeaux d’évaluer sur place la possibilité de renforcer ses échanges avec les départements français de l’Océan Indien (La Réunion et Mayotte).

Méthode

État des lieux sur la nature et les modalités de consommation de substances psychoactives à l’occasion des échanges et réunions avec une cinquantaine de personnes rencontrées sur place fin 2015.

Résultats

À La Réunion, l’alcool est la substance psychoactive la plus consommée suivie du cannabis (zamal), issue de la production locale. Il y a une forte tradition de détournement de médicaments, notamment le trihexyphénidyle, les barbituriques et plus récemment les benzodiazépines (flunitrazépam, clonazépam). L’héroïne ou la cocaïne sont peu disponibles. La polyconsommation est fréquente. À Mayotte, Le cannabis (bangué) est la substance la plus consommée. La consommation problématique de « chimique » a émergé en 2012–2013 ; elle concerne de jeunes adultes ou chez des sujets plus jeunes et a été à l’origine de nombreuses hospitalisations et de consultations en addictologie en 2015. Les enseignants des collèges et lycées sont très sensibilisés. La " chimique » correspondrait à différents cannabinoïdes de synthèse, achetés sur Internet.

Discussion

Il est important de signaler les cas nouveaux ou graves afin que les particularités de ces départements soient mieux prises en compte dans les données françaises et de mettre en place des circuits d’analyse des substances lors des intoxications aiguës.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Indian Ocean Islands, Substance-related disorders, Comoros, Réunion, Addictovigilance

Mots clés : Océan Indien, Addictovigilance, Mayotte, La Réunion, Trouble de l’usage


Plan


© 2018  Société française de pharmacologie et de thérapeutique. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.