Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Antidépresseurs et hyponatrémie : revue de littérature et analyse cas/non-cas dans la base nationale de pharmacovigilance française - 16/05/18

Antidepressive agents and hyponatremia: A literature review and a case/non-case study in the French Pharmacovigilance database

Doi : 10.1016/j.therap.2018.02.006 
Michaël Rochoy a, , Christina Zakhem-Stachera a, b, Johana Béné b, Christophe Berkhout a, Sophie Gautier b

Réseau français des Centres Régionaux de Pharmacovigilance

a Département de médecine générale, université de Lille, 59000 Lille, France 
b Département de pharmacologie médicale, université Lille Nord-de-France, 59045 Lille cedex, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mercredi 16 mai 2018

Summary

Objective

Most antidepressants have been associated with a risk of hyponatremia in the literature. This effect is not always reported in monographs. The aim of our study was to clarify the difference of increased risk of hyponatremia among various antidepressants.

Methods

Retrospective study of such cases/non-cases from observations recorded in the French national pharmacovigilance between 01/01/2004 and 31/12/2013. We studied all antidepressants marketed in 2014 in France, with a positive control (haloperidol) and a negative one (amoxicillin). The association between exposure to a given drug and the occurrence of an adverse event was estimated by calculating the reporting odds ratio (ROR). His confidence interval (CI) was calculated with the method of Woolf, with an alpha risk of 5%. The disproportionality is defined by an ROR>1, the 95% CI did not include the value 1.

Results

Between 2004 and 2013, 3397 cases of hyponatremia were. All antidepressants were associated with hyponatremia among these cases, with the exception of: milnacipran, amoxapine, dosulepine, doxepine, trimipramine, iproniazide. The effect was predominant for the class of selective inhibitors of serotonin reuptake (SSRIs), inhibitors of serotonin reuptake and noradrenaline (SNRIs) and other antidepressants; it seemed more doubtful for tricyclic and monoamine oxidase inhibitors (MAOIs). Contrary to the literature, we found an association between hyponatremia and exposure to agomelatine (ROR=4.1, 95% CI [2.2 to 7.7]), mianserine (ROR=2.7, 95% CI [2.0 to 3.7]) and tianeptine (ROR=6.1, 95% CI [4.7 to 7.9]).

Conclusion

This study suggests to stay alert to electrolyte disorders when using all antidepressants, not only serotonin reuptake inhibitors.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

La plupart des antidépresseurs ont été associés à une hyponatrémie dans la littérature. Cet effet indésirable n’est pas toujours rapporté dans les monographies. L’objectif de notre étude était de clarifier la différence d’augmentation de risque d’hyponatrémie parmi les différents antidépresseurs.

Méthode

Étude rétrospective de type cas/non-cas à partir des observations enregistrées dans la base nationale française de pharmacovigilance entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013. Nous avons étudié tous les antidépresseurs commercialisés en 2014 en France, avec un témoin positif (halopéridol) et un négatif (amoxicilline). L’association entre l’exposition à un médicament donné et l’occurrence d’un effet indésirable était estimée par le calcul de l’odds radio rapporté (ROR). Son intervalle de confiance (IC) était calculé avec la méthode de Woolf, avec un risque alpha de 5 %. La disproportionnalité est définie par un ROR>1 avec un IC95 % n’incluant pas la valeur 1.

Résultats

Entre 2004 et 2013, 3397 cas d’hyponatrémies ont été enregistrés. Tous les antidépresseurs étaient associés à une hyponatrémie parmi ces cas, à l’exception de milnacipran, amoxapine, dosulépine, doxépine, trimipramine, iproniazide. L’effet prédominait pour la classe des inhibiteurs sélectifs de recapture de la sérotonine (ISRS), inhibiteurs de recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSNa) et des autres antidépresseurs ; il semblait plus douteux pour les tricycliques et les inhibiteurs de monoamine oxydase (IMAO). Contrairement à la littérature, nous trouvions une association entre hyponatrémie et exposition à agomélatine (ROR=4,1, IC95 % [2,2–7,7]), miansérine (ROR=2,7, IC95 % [2,0–3,7]) et tianeptine (ROR=6,1, IC95 % [4,7–7,9]).

Conclusion

Cette étude incite à rester vigilant aux troubles ioniques sous tous antidépresseurs, pas seulement sous IRS.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Pharmacovigilance, Hyponatremia, Antidepressive agents

Mots clés : Pharmacovigilance, Hyponatrémie, Antidépresseurs


Plan


© 2018  Société française de pharmacologie et de thérapeutique. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.