Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Surveillance du paludisme à Mayotte entre 2007 et 2017 - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.263 
O.M. Maillard 1, Y.H. Hassani 2, A.A. Achirafi 3, J.L. Lepère 4, P.R. Rabarison 3, L. Filleul 2
1 CHU de La Réunion, Inserm CIC 1410, Saint-Pierre, La Réunion 
2 Santé publique France, Cellule d’intervention en région (Cire) Océan Indien, Saint Denis, La Réunion 
3 Agence régionale de santé Océan Indien, Délégation de Mayotte, Mamoudzou, Mayotte 
4 Centre de référence de Dzoumogné, centre hospitalier de Mayotte, Bandraboua, Mayotte 

Résumé

Introduction

Le paludisme est endémique dans l’Archipel des Comores avec une transmission intense et permanente. Plasmodium falciparum est responsable de la majorité des cas de paludisme sur l’île de Mayotte. Cette étude rapporte les résultats de 11 années de surveillance du paludisme à Mayotte de 2007 à 2017.

Matériels et méthodes

Tous les cas de paludisme notifiés à la délégation de Mayotte de l’Agence de santé Océan Indien entre 2007 et 2017 dans le cadre de la déclaration obligatoire ont été inclus dans l’analyse. Les cas ont été confirmés par au moins un test de diagnostic rapide et/ou un frottis sanguin ou une goutte épaisse positive à Plasmodium sp. Un recueil de données sociodémographiques, cliniques, biologiques et des antécédents de séjour éventuels en zone impaludée a été réalisé en consultation et/ou hospitalisation et lors de l’investigation au domicile des cas.

Résultats

Entre 2007 et 2017, 2131 cas de paludisme ont été rapportés à Mayotte : 1 007 cas importés, 835 cas autochtones et 290 cas d’origine inconnue. L’incidence globale annuelle a diminué de 3 cas pour 1000 habitants en 2007 à 0,05 cas en 2015 et, pour les cas autochtones sur la même période, de 1,6 à 0,004 cas pour 1000 habitants. En 2011, Mayotte est entrée en phase d’élimination du paludisme selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé (incidence annuelle de P. falciparum inférieure à 1 cas pour 1000 personnes à risque). Toutefois, une résurgence de cas autochtones a été observée dans le foyer historique de Bouyouni au Nord-Est de l’île, avec 12 nouveaux cas en 2016 et 7 en 2017.

Conclusion

Les actions combinées de la lutte anti-vectorielle, notamment les campagnes de distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action, avec la surveillance active autour des cas et leur prise en charge, incluant le diagnostic précoce et le traitement par des médicaments dérivés de l’artémisinine, ont eu un rôle essentiel dans la diminution de la transmission à Mayotte. L’île est entrée en phase d’élimination du paludisme mais une résurgence des cas autochtones est survenue en 2016 et se confirme en 2017 dans l’ancien foyer de Bouyouni. L’implication du moustique Anopheles funestus est suspectée ; des études sont nécessaires pour évaluer son rôle dans cette réémergence. Des approches communautaires pour une lutte anti-vectorielle localisée pourraient être intéressantes, en parallèle d’une politique de lutte régionale contre le paludisme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S105 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dengues d’importation : étude rétrospective multicentrique de 2008 à 2015
  • P.L. Conan, C. Ficko, A. Perignon, C. Rapp, E. Caumes
| Article suivant Article suivant
  • Paludisme dans l’Océan Indien : Mayotte et Comores, même combat !
  • J.F. Lepère, S. Henry, L. Collet, A. Toilibou, R. Silaï, P. Rabarison, B. Marchou, M. Jean, A. Diallo, S. Olivier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.