Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Épidémiologie de la lèpre dans un territoire d’outre-mer et particularité d’une de ses communes - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.268 
V. Baron 1, E. Klement-frutos 2, C. Forfait 1, A. Pfannstiel 1, J. Colot 2, E. Descloux 2, A. Merlet 2, C. Cazorla 2, J. Grangeon 1
1 DASS, Nouméa, Nouvelle Calédonie 
2 CHT, Nouméa, Nouvelle Calédonie 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La lèpre, maladie chronique causée par Mycobacterium leprae ou bacille de Hansen, a été signalée sur ce territoire d’environ 270 000 habitants dès le 19e siècle et persiste encore aujourd’hui. La première léproserie, installée sur l’Ile de B. de 1892 à 1898, a abrité jusqu’à 500 lépreux. La découverte de nouveaux cas repose aujourd’hui soit sur un dépistage actif des sujets contacts qui sont suivis pendant environ 5 ans ; soit passivement, la majorité des patients étant adressée au service de medecine interne, par leur médecin traitant ou le dispensaire dont ils dépendent.

Matériels et méthodes

Sur ce territoire la lèpre est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1986. L’analyse présentée est basée sur le registre national de la lèpre qui couvre les 35 dernières années d’enregistrement. Le diagnostic des cas est microscopique (anatomopathologie, coloration de Ziehl, et/ou PCR) sur le mucus nasal et le suc dermique des oreilles ainsi que les biopsies d’éventuelles lésions cutanées. Les formes multibacillaires (MB) sont adressées au CNR pour la recherche de chimiorésistance. Le traitement comporte une polychimiothérapie (PC) selon les recommandations de l’OMS.

Résultats

De 1983 à 2017, 342 patients ont été enregistrés dont 225 hommes, 115 femmes et 2 non renseignés. La majorité des cas avait entre 25 et 50 ans. La proportion de nouveaux cas avec une forme MB est élevée : 57,6 % au cours des 10 dernières années. L’introduction de la PC, il y a 30 ans, a été suivie d’une diminution considérable du nombre de nouveaux cas. Sur les 10 dernières années, l’incidence oscille entre 0,37 et 3,92 cas/100000 habitants ; la fluctuation étant liée au faible nombre de nouveaux cas annuels (1 à 10). Une fraction de ces diagnostics est constituée de rechutes : 1 en 2011 (9,1 %), 2 en 2012 (28,6 %), 2 en 2013 (25 %, souches sensibles aux anti-lépreux), aucun de 2014 à 2016 et 1 en 2017. Depuis 1996, la prévalence de la maladie se maintient à un niveau inférieur au seuil d’endémicité fixé à 1/10000 habitants par l’OMS, sauf pour 3 communes. La plus touchée est B. avec une prévalence 4,5 fois supérieure à ce seuil. Parmi les 12 nouveaux cas détectés sur cette commune depuis 10 ans, 5 étaient des enfants dont un âgé de 3 ans, ce qui démontre une circulation active du bacille.

Conclusion

Les résultats de la surveillance active de la lèpre montrent une persistance de l’endémicité de cette maladie avec une surincidence sur l’île de B. Aussi, une campagne de dépistage exhaustive de la population de cette commune sera réalisée en 2018 afin de rechercher de nouveaux cas et d’essayer d’identifier des causes de la persistance de la transmission de la lèpre. Ce projet entre dans le cadre de la Stratégie mondiale de la lutte contre la lèpre lancée le 20 avril 2016 et la Déclaration de Bangkok de 2013.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S106-S107 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Paludisme grave pris en charge sur le terrain et paludisme grave d’importation : une étude cas-témoins rétrospective multicentrique
  • P.L. Conan, C. Ficko, F. Charton, T. Martinez, C. Dubost, M. Boutonnet, P. Pasquier, S. De rudnicki, N. Libert
| Article suivant Article suivant
  • Épidémiologie des carcinomes hépatocellulaires de 2007 à 2016 à Mayotte
  • X. Hoarau, M. Jean, S. Permal

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.