Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Épidémiologie et prévention de l’encéphalite à tique en 2017 - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.302 
A. Velay 1, M. Paz 1, M. Cesbron 1, X. Argemi 1, C. Lohmann 2, P. Kieffer 2, D. de Briel 3, M. Martinot 3, Y. Hansmann 1, S. Fafi-Kremer 1
1 Hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg, France 
2 Centre hospitalier de Mulhouse, Mulhouse, France 
3 Hôpitaux civils de Colmar, Colmar, France 

Résumé

Introduction

Le virus TBE (Tick-Borne Encephalitis) est responsable de l’encéphalite à tique. Cette zoonose est transmise à l’homme surtout par piqûre de tiques du genre Ixodes. Elle est endémique en Europe Centrale et de l’Est où une augmentation du nombre de cas a été rapportée ces 30 dernières années. L’infection symptomatique dans 30 % des cas, peut se compliquer de signes neurologiques. Le diagnostic repose selon la définition de l’ECDC sur des critères biologiques et cliniques. En France, environ 10 cas par an sont rapportés, en 2016, une recrudescence des cas TBE a été observée avec 29 cas confirmés.

Matériels et méthodes

En 2017, des échantillons sériques ou de LCR (n=688) issus de la France entière ont été testés (Serion Classic TBE Virus Kit). Les données cliniques ont été recueillies pour classer les cas confirmés. Les données épidémiologiques ont été comparées aux données antérieures. Pour 3 patients, l’ARN viral a été recherché par RT-PCR (région E-NS1) sur du sérum et du LCR. Les profils sérologiques correspondant à une infection ancienne ou une immunité vaccinale ont été étudiés.

Résultats

Dix-sept cas confirmés ont été diagnostiqués entre avril et octobre 2017 dont 8 (47 %) cas importés (Allemagne, Sibérie, Roumanie) contre 1 seul l’an passé. La majorité des cas autochtones étaient situés en Alsace, mais un cas a été confirmé en Auvergne. Les cas sont survenus entre avril et octobre avec un pic d’incidence en juillet. Douze sur 17 (70 %) patients ont rapporté une piqûre de tiques (65 % en 2016). Onze patients ont présenté des tableaux de méningo-encéphalite (65 %) et 6 patients (35 %) des tableaux de méningites. La durée moyenne d’hospitalisation était de 14jours (3 à 60jours) et la sérologie TBE prescrite en moyenne 2,5jours après l’hospitalisation. Seul 0,6 % des échantillons testés au laboratoire correspondait à des contrôles d’immunité vaccinale.

Conclusion

En 2017, nous avons diagnostiqué 17 cas confirmés de TBE. L’Alsace reste la zone de plus forte prévalence en France avec une répartition ubiquitaire. La TBE est une pathologie peu connue en France et probablement insuffisamment diagnostiquée. D’autres zones géographiques pourraient être concernées comme le montre le premier cas autochtone identifié en 2017 en Auvergne. La vaccination pourtant efficace est rarement prescrite en cas de voyage dans les pays à risque comme le montre la proportion élevée de cas importés en 2017.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S120 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Infections neuroméningées aux urgences : une course contre la montre !
  • P. Le Borgne, A. Perriguey, F. Lefebvre, S. Ugé, P. Kauffmann, P. Bilbault
| Article suivant Article suivant
  • Diagnostic rapide des méningites et encéphalites infectieuses par PCR multiplex : bilan dans un groupement hospitalier général
  • F. Medina, A. Belkacem, J. Breuil, E. Hernandez, M. Tchir, A. Raffetin, S. Dellion, P. Caraux-Paz, O. Patey

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.