Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Sévérité de la tuberculose en pédiatrie : étude rétrospective descriptive dans une cohorte française 1992–2015 - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.319 
H. Cogo, S. Perrillat, M. Caseris, A. Faye, V. Pommelet
 CHU Robert-Debré, Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La priorité des programmes de lutte anti-tuberculose a été donnée dans un premier temps à la prise en charge des patients bacillifères. La population pédiatrique, rarement contagieuse, a donc été initialement relativement négligée. Les données sont donc limitées concernant la surveillance et l’évolution de cette pathologie en pédiatrie. Il est admis historiquement que les nourrissons de moins de 2 ans évoluent plus fréquemment vers une tuberculose maladie après un contage, avec un risque accru de tuberculose disséminées et méningées. Concernant les tuberculoses disséminées, les études récentes sont discordantes, certaines retrouvant une fréquence plus importante chez l’enfant plus grand. Wiseman et al. a proposé une classification originale déterminant la sévérité de la tuberculose pédiatrique par organe, elle-même définie par le dépassement des capacités de contrôle immunitaire de l’hôte par la maladie. Notre objectif était de caractériser la sévérité de la tuberculose maladie d’une cohorte d’enfants hospitalisés dans notre centre hospitalo-universitaire, de 1992 à 2015.

Matériels et méthodes

Les enfants de moins de 18 ans, hospitalisés dans notre centre pour une tuberculose maladie entre 1992 et 2015 étaient inclus. Les cas sélectionnés étaient classés en catégories de sévérité suivant la classification originale proposée par Wiseman et al.

Résultats

Dans notre série de 304 cas, 280 ont pu être classés selon le critère de jugement principal, avec 168 cas (60 %) de tuberculoses sévères et 112 cas (40 %) de non-sévères. Les principaux facteurs associés à la sévérité étaient l’âge supérieur à 10 ans (p=0,002), le pays de naissance hors de France (p=0,034) et indépendamment le diagnostic à un stade symptomatique (OR 7,8 ; IC95 % 4,2–14,5). Les localisations extrathoraciques étaient plus fréquentes chez les enfants de plus de 10 ans par rapport aux enfants de moins de 10 ans (p=0,002). L’atteinte du système nerveux central était plus fréquente chez les nourrissons de moins de 2 ans comparés aux enfants plus âgés (p=0,024). Le caractère disséminé n’était pas plus représenté dans une tranche d’âge. L’évolution clinique et paraclinique à 1 an du début de traitement était plus souvent défavorable lorsque la tuberculose était sévère.

Conclusion

La description de cette cohorte incluant les enfants de 10 à 18 ans, permet, grâce à une description détaillée des atteintes tuberculeuses et de leur sévérité, une remise en question, dans un pays de faible endémie, du spectre clinique décrit historiquement de la tuberculose en pédiatrie. Même si les nourrissons de moins de 2 ans semblent rester les plus à risque d’une atteinte du système nerveux central, les adolescents de 10 à 18 ans ont globalement un risque accru de tuberculose sévère.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S127-S128 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Infections bactériennes sévères communautaires de l’enfant : fréquence et conséquences des soins suboptimaux initiaux
  • F. Lorton, M. Chalumeau, R. Assathiany, A. Martinot, P. Bourgoin, J. Caillon, C. Gras-le-Guen, E. Launay
| Article suivant Article suivant
  • Microbiologie des infections ostéoarticulaires en pédiatrie
  • M. Grosset, E. Laurent, E. Ngo Bell, F. Millot, C. Plouzeau, C. Le Brun, L. Petit, F. Meresse, L. Guillon, F. Roblot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.