Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pneumopathies communautaires virales admises en réanimation : expérience de 10 ans - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.326 
T. Merhabene 1, A. Ben Slimene 1, A. Jamoussi 1, S. Zayet 2, S. Ayed 1, J. Ben Khelil 1, M. Besbes 1
1 Service de réanimation médicale, hôpital A.-Mami, Ariana, Tunisie 
2 Service de maladies infectieuses, hôpital La Rabta, Ariana, Tunisie 

Résumé

Introduction

Chez l’adulte, les pneumopathies communautaires (PAC) d’étiologie virale restent peu documentées et étudiées. Nous nous sommes proposé d’analyser l’incidence et les caractéristiques cliniques et évolutives des PAC d’origine virale sur une période de 10 ans.

Matériels et méthodes

Étude rétrospective conduite entre 1er janvier 2008 et 20 janvier 2018. Ont été recueillies les données épidémiologiques, cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutives des patients admis dans le service de réanimation médicale de l’hôpital Abderrahman Mami de l’Ariana.

Résultats

Cent trente patients ont été colligés, soit une incidence=2,6/1000. La moyenne d’âge était 47±16 ans [3–88] avec un sex-ratio=1,40. Les moyennes des scores IGS II et SOFA étaient 27 et 3. Des comorbidités étaient rapportées chez 54 % des patients. Une grossesse a été notée chez 24 % des sujets féminins. Seulement 2,3 % des malades étaient vaccinés contre la grippe et 11,5 % ayant reçu un traitement antiviral avant le séjour en réanimation. Un délai d’incubation inférieur à 7j a été observé chez 43 % des patients. La détresse respiratoire compliquant une PAC grave constituait la cause la plus fréquente d’admission (98 %). Un syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) était noté chez 80,7 % (n=105) avec une moyenne P/F=182±104mmHg. Un choc septique associé a été retenu chez 27,7 % (n=36). Des anomalies biologiques étaient fréquemment observées : hyponatrémie dans 43,1 % des cas, cytolyse hépatique dans 25,4 %, rhabdomyolyse dans 23,1 % et une lymphopénie dans 63,8 %. Les agents viraux isolés étaient respectivement H1N1 (71,5 %), H3N2 (6,2 %), Varicelle Zona Virus (6,9 %) et une co-infection par 2 agents (6,2 %). Une surinfection bactérienne a été documentée dans 23,8 % des cas. Le recours à la ventilation invasive a été indiqué chez 66 % des patients avec une durée moyenne de 4,22j [1–30]. Le traitement antiviral a été prescrit chez 59 % avec une durée moyenne de 3,5±3,4j ; et en association à un traitement antibiotique chez 53,8 %. Des complications associées aux soins ont été observées chez 26,7 %. La moyenne de la durée de séjour en réanimation était 10,1±10j avec une mortalité de 30,8 % (n=40). L’analyse multivariée a identifié qu’un SOFA score6, une durée du traitement antiviral2,38 et le choc septique étaient des facteurs indépendants de mortalité.

Conclusion

Les PACs d’origine virale admises en réanimation se présentent souvent sous la forme d’un SDRA motivant le recours à la VM. La présence de défaillance d’organe associée semble aggraver le pronostic.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S131 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mise à disposition de TROD-grippe dans les EHPAD : bilan de 4 années d’expérimentation
  • C. Slekovec, A. Marquant, F. Berjamy, N. Floret
| Article suivant Article suivant
  • Étude des pratiques de prévention de la grippe nosocomiale selon la profession hospitalière
  • C. Piart, N. Armand, A. Vincent, H. Champagne, L. Letranchant, C. Reynaud, C. Chidiac, J. Saison

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.