Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pertinence d’une prise en charge des personnes victimes d’AES au sein d’un CeGIDD - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.356 
M. Patoureau, B. Bonnet, M. Besnier, I. Metreau, M. Barreau, A. Gregoire, C. Mear, S. Bouchez, J. Coutherut, C. Biron
 CHU, Nantes, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les CeGIDD ont remplacé les centres de dépistage et de traitement des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) avec des missions complémentaires comprenant la prise en charge initiale des personnes victimes d’AES (accident d’exposition sexuel ou sanguin non professionnel). Cette mission est en place au CeGIDD local depuis le 23/01/2017, en articulation avec l’unité CeRRISe (centre de réduction des risques infectieux liés à la sexualité) vers qui les patients peuvent être orientés pour la prolongation du TPE (traitement post-exposition) et le suivi. L’objectif de ce travail est d’étudier la pertinence de la prise en charge des patients victimes d’AES au sein d’un CeGIDD.

Matériels et méthodes

Étude rétrospective des dossiers de patients ayant consulté en urgence pour AES au CeGIDD en 2017.

Résultats

Sur 11 mois (février à décembre 2017), 151 personnes victimes d’AES ont consulté au CeGIDD : 92 hommes (dont 50 HSH) et 59 femmes. La moyenne d’âge est de 30,8 ans (15–77) avec 5 mineurs. Les personnes étrangères (n=35, 23 %) sont originaires d’Afrique (30), Amérique du sud (3) et Europe (2). Huit personnes (5,3 %) déclarent consommer des substances psycho-actives dont 3 avec partage de matériel (un slamer), 20 personnes hétérosexuelles, dont un homme se prostitue. Un passage par le service des urgences avant de consulter au CeGIDD concerne 26 personnes (23 %). Pour 6 d’entre elles, le TPE a été arrêté au CeGIDD, les autres ont poursuivi le TPE et été orientés vers CeRRISE.

On retrouve 22 consultants (14,5 %) hors délai (≥48h) pour la délivrance du TPE. Parmi les autres (n=129), 52 n’ont pas reçu de traitement (31 %), 1 personne a reçu un TPE au VHB (vaccin) et 76 ont reçu le TPE au VIH (59 %). On note que 85,5 % (n=65) des patient(e)s traité(e)s appartiennent à un groupe à prévalence élevée selon les critères du rapport d’expert : 37 HSH (57 %), 23 personnes originaires de pays de forte endémie de VIH (35 %) dont 11 femmes se prostituant, 4 hommes ayant eu un AES sexuel avec une femme se prostituant et 1 homme victime d’AES avec une femme usagère de drogue en intraveineux. Les pratiques sexuelles à l’origine des motifs de consultation pour AES sexuels (traités ou non) sont par ordre de fréquence ; les rapports anaux homosexuels (n=40, 30,8 %) et vaginaux réceptifs (n=40, 30,8 %), vaginaux insertifs (n=32, 24,6 %), fellations entre hommes (n=10, 7,7 %), rapports anaux hétérosexuels (n=5, 3,8 %) et fellation (n=3, 2,3 %).

Conclusion

La prise en charge des AES au CeGIDD est pertinente, elle permet une expertise d’évaluation du risque sexuel par une équipe formée et le ciblage de délivrance du TPE selon les recommandations. Ainsi, le circuit du patient pourrait être amélioré par une prise en charge complète des AES au CeGIDD. Cela nécessite une réflexion sur l’organisation au vu des moyens dédiés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S142-S143 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prise en charge des accidents d’exposition à risque viral chez les patients victimes de violences sexuelles
  • N. Dournon, R. Ouissa, S. Pellerin, M. Pircher, I. Lamaury, E. Fernandes, C. Clavel-osorio, B. Tressieres, B. Hoen, A. Cabié
| Article suivant Article suivant
  • Rétention des personnes ayant consulté dans un hôpital parisien pour le suivi de la PrEP
  • N. Valin, L. Fonquernie, D. Bollens, B. Lefebvre, H. Bideault, J. Krause, P. Girard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.