Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prévalence et facteurs associés à la réduction de la DMO chez des hommes infectés par le VIH âgés de moins de 50 ans et virologiquement contrôlés sous cART - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.376 
A. Shaiykova 1, A. Pasquet 2, C. Goujard 3, G. Lion 4, E. Durand 5, M. Lachâtre 6, B. Riff 7, B. Cortet 8, F. Boufassa 1, A. Chéret 3
1 Inserm, CESP, U1018, Paris-Sud University, Le Kremlin-Bicêtre, France 
2 Service de maladies infectieuses et du voyageur, centre hospitalier de Tourcoing, Tourcoing, France 
3 Service de médecine interne, CHU Bicêtre, AP–HP, Le Kremlin-Bicêtre, France 
4 Service de médecine nucléaire, CHRU de Lille, Lille, France 
5 Service de médecine nucléaire, CHU Bicêtre, AP–HP, Le Kremlin-Bicêtre, France 
6 Service de médecine interne, CHU Ambroise-Paré, AP–HP, Boulogne-Billancourt, France 
7 COREVIH Nord Pas-de-Calais, centre hospitalier de Tourcoing, Tourcoing, France 
8 Service universitaire de rhumatologie, CHU de Lille, Lille, France 

Résumé

Introduction

La réduction de la densité minérale osseuse (DMO) est une comorbidité fréquemment observée chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH). À ce jour, la plupart des études ont été conduites sur des populations mixtes comprenant des femmes ménopausées et des hommes âgés de plus de 60 ans. L’objectif de ce travail était donc d’estimer la prévalence et les facteurs associés à la réduction de la DMO chez des hommes jeunes, infectés par le VIH et contrôlés virologiquement par un traitement antirétroviral actif (cART).

Matériels et méthodes

Une étude bicentrique transversale a été menée auprès d’hommes infectés par le VIH-1, âgés de 18 à 50 ans, traités par cART depuis plus de 6 mois avec ARN-VIH<50 copies/mL. La DMO a été mesurée par absorptiométrie biphotonique à rayons X au rachis lombaire et à la hanche gauche. L’ostéopénie a été définie par le plus mauvais Z-score entre la hanche et le rachis lombaire compris entre −1 et −2 et l’ostéoporose pour un Z-score−2. Des modèles de régressions logistiques polytomiques, et linéaires ont été construits.

Résultats

Parmi les 230 patients, dont la médiane d’âge était de 43 ans (EIQ, 36–47), l’indice de masse corporelle (IMC) médian de 23,5kg/m2 (EIQ, 21,3–25,3) et une durée médiane sous cART de 4,2 ans (EIQ, 1,7–8,5), la réduction de la DMO était observée chez 111 (48,3 %) patients dont 32,6 % ostéopéniques et 15,7 % ostéoporotiques. En analyses multivariées, les facteurs associés à l’ostéoporose étaient l’IMC (OR=1,24, p=0,01) et l’œstradiol sérique (OR=0,76, p<0,05). L’IMC (OR=1,16, p=0,01), la masse maigre totale (OR=2,98, p<0,01) et la durée sous cART (OR=0,87, p<0,01) étaient retrouvés associés à l’ostéopénie. Le risque d’ostéopénie était deux fois plus important lorsque la durée sous cART était<3 ans (OR=2,26, p=0,02).

Conclusion

Une diminution de la DMO avec des prévalences importantes a été observée chez les hommes jeunes, infectés par le VIH et contrôlés virologiquement par cART. Certains facteurs associés sont similaires à ceux retrouvés chez les hommes plus âgés, évoquant un vieillissement prématuré de notre population. Au vu de nos résultats, se pose la question d’étendre les recommandations de réalisation d’une ostéodensitométrie pour les PVVIH âgées de moins de 50 ans. De plus, sachant que la DMO diminue au cours des premières années suivant l’initiation du cART, avant de ré-augmenter et de se stabiliser, il serait plus approprié d’attendre au moins trois ans de traitement avant de proposer un examen ostéodensitométrique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S150 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Vers un suivi personnalisé du dépistage du cancer du col utérin chez les femmes vivant avec le VIH
  • A. Rodallec, C. Allavena, S. Sécher, E. Vaucel, T. Pineau, S. Wylomanski, L. Mérieux, G. Aillet, F. Raffi, M. Coste-Burel
| Article suivant Article suivant
  • Prescription hospitalière annuelle d’antirétroviraux chez les patients VIH : une obligation réglementaire respectée ?
  • B. Forestier, G. Vallot, E. Michaud, S. Sécher, E. Billaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.