Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Apport des tests génotypiques sur ADN-VIH proviral dans la vraie vie : une étude de cohorte rétrospective monocentrique - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.383 
A. Meybeck 1, O. Robineau 1, E. Alidjinou 2, T. Huleux 1, P. Choisy 1, L. Bocket 2, F. Ajana 1
1 Centre hospitalier de Tourcoing, Tourcoing, France 
2 CHRU de Lille, Lille, France 

Résumé

Introduction

En France, la réalisation d’un test génotypique sur ADN-VIH proviral est indiquée en situation d’échec virologique, en cas d’échec d’amplification de l’ARN VIH plasmatique (charge virale (CV) plasmatique faible), ou dans le cadre de l’optimisation d’un traitement antirétroviral (ARV) chez un patient en succès thérapeutique. L’objectif de notre étude était de décrire les circonstances de prescription des tests génotypiques sur ADN et leur apport dans le choix d’un nouveau traitement ARV.

Matériels et méthodes

Tous les tests génotypiques sur ADN réalisés dans notre centre de janvier 2012 à janvier 2018 ont été inclus. Une étude rétrospective a été menée à partir des données NADIS. Les circonstances de prescription des tests (succès virologique, défini par une CV inférieure à 20 copies/mL ou échec virologique) ainsi que les modifications thérapeutiques dans les 6 mois suivant leur réalisation ont été colligées. La CV à 6 mois (M6) du changement d’ARV ou de la réalisation du test en l’absence de changement était recueillie.

Résultats

Au total, 340 tests génotypiques sur ADN ont été réalisés, dont 182 (54 %) en situation de succès virologique. En comparaison des résultats cumulés des tests génotypiques sur ARN, 135 (40 %) tests sur ADN ne détectaient pas une résistance antérieurement connue mais 96 (28 %) révélaient au moins une nouvelle résistance. En cas de nouvelle résistance, celle-ci concernait le plus souvent la rilpivirine (n=35), la lamivudine et l’emtricitabine (n=21), l’efavirenz et la nevirapine (n=18), l’elvitégravir (n=15). Seulement 81 tests (24 %) conduisaient à un changement des ARV dans les 6 mois suivant leur réalisation. Une modification thérapeutique était plus fréquente en cas de succès virologique (30 % vs 16 %, p=0,003). Les tests génotypiques sur ADN conduisaient alors à une simplification (STR) (n=21), un allègement (n=13), ou à une autre modification (n=21). À M6, la CV était détectable dans 4 cas (2 %). En cas d’échec virologique, les tests génotypiques sur ADN conduisaient à un changement des ARV dans 23 % des cas si la CV était>100 copies/mL et dans 15 % des cas si la CV était<100 copies/mL (p=0,6). À M6, la CV était indétectable dans 93 cas (59 %), 11 cas après changement des ARV et 82 sans changement.

Conclusion

L’utilisation des tests génotypiques sur ADN pour guider l’optimisation des ARV en cas de succès virologique paraît sûre, avec un taux d’échec virologique à M6 très faible. Les tests réalisés en situation d’échec virologique conduisaient plus rarement à un changement des ARV. Dans cette dernière situation, le choix de modifier ou non les ARV suite aux tests conduisait à un succès virologique à M6 dans plus de la moitié des cas.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S153 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Facteurs associés à la baisse de l’ADN proviral du VIH-1 chez les patients virologiquement contrôlés
  • O. Robineau, K. Alidjinou, A. Meybeck, T. Huleux, H. Melliez, P. Choisy, L. Bocket, F. Ajana
| Article suivant Article suivant
  • Sous-types viraux et résistance transmise chez les patients découverts séropositifs pour le VIH entre 2010 et 2017 dans une région : évolution au cours du temps
  • S. Gazaignes, A. Dobi, C. Paviot, P. Poubeau, C. Gaud, B. Roquebert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.