Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Journée du 1er décembre : un exemple d’organisation de prévention et de lutte contre le VIH/IST - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.014 
C. Duchâteau, E. Torres, C. Pifaut, F. Le Marec, N. Valin, P.M. Girard
 Hôpital Saint-Antoine, Paris, France 

Résumé

Introduction

Les enquêtes réalisées sur les connaissances, les attitudes, les croyances et les comportements face au VIH en population générale, en France, montrent que le niveau de connaissance sur ces sujets reste insuffisant. La journée mondiale de lutte contre le Sida du 1er décembre est une opportunité pour sensibiliser et améliorer les connaissances sur les thématiques du VIH et des IST. L’objectif est de présenter les différentes actions menées dans le cadre de la journée mondiale dans un CHU parisien et d’évaluer le niveau de connaissance des personnes interrogées ce jour là.

Matériels et méthodes

Un ensemble d’actions de sensibilisation a été proposé aux élèves des établissements scolaires (collèges et lycées) situés à proximité de l’hôpital : théâtre forum, concours d’affiches sur le thème sexualité et égalité, réalisation de courts métrages sur le thème de la sérophobie, atelier questions réponses avec un binôme infirmier-médecin. Des questionnaires sur le mode de transmission du VIH, les moyens de dépistage, de prévention ont été distribués aux élèves un mois avant. Des questionnaires ont également été distribués le jour du 1er décembre au personnel et aux visiteurs de l’hôpital.

Résultats

Au total, 186 élèves ont répondu au questionnaire. Parmi les élèves, 178 (96 %) avaient déjà eu des informations concernant le VIH. Concernant le dépistage, 88 (48 %) ne savent pas qu’ils peuvent se faire dépister sans l’autorisation des parents, 141 (76 %) ne connaissent pas les CeGIDD et 28 (15 %) connaissent l’existence des autotests. Concernant le mode de transmission, 21 (11 %) pensent que le VIH peut se transmettre par les baisers et 41 (22 %) par les piqûres d’insectes et 117 (63 %) savent que les IST peuvent se transmettre lors d’une fellation non protégée. La conduite à tenir en cas de prise de risque est connue par 170 (92 %) d’entre eux, le délai de 6 semaines pour avoir un maximum de fiabilité après une prise de risque par 23 (12 %) des élèves. Les connaissances sur les vaccins montrent que 70 (38 %) pensent qu’il existe un vaccin contre le VIH et 76 (41 %) connaissent le vaccin hépatite B et 31 (17 %) le vaccin contre le papillomavirus.

Conclusion

La majorité des élèves ont déjà reçu des informations sur le VIH/IST mais les connaissances concernant le dépistage, les modes de transmission ou les vaccins sont imparfaites. La journée du 1er décembre a permis d’aborder ces différents sujets avec les élèves et un questionnaire avec les mêmes questions a été adressé aux enseignants deux mois plus tard afin d’évaluer si la journée a pu améliorer le niveau de connaissance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S163 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • TRODs VIH et VHC en zone rurale : la prévention et le dépistage, ce n’est pas qu’en ville !
  • M. Touzet, A.E. Ingold, C. Laurenson, P. Dessenne, P. Baril, C. Jacomet, O. Lesens
| Article suivant Article suivant
  • Suivi Franco-Brésilien des PVVIH : le rôle clé d’une infirmière transfrontalière
  • M. Cebe, B. Bidaud, A. Labaudiniere, S. Rhodes, J. Coadou, P. Brousse, E. Mosnier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.