Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Facteurs de sévérité de dengue dans un territoire d’outre mer - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.057 
I. Marois 1, C. Forfait 2, A. Valiame 2, D. Aubert 2, A. Gourinat 1, C. Cazorla 1, A. Merlet 1, E. Klément-Frutos 1, M. Dupont-Rouzeyrol 3, E. Descloux 1
1 CHT, Nouméa, Nouvelle Calédonie 
2 DASS, Nouméa, Nouvelle Calédonie 
3 Institut Pasteur, Nouméa, Nouvelle Calédonie 

Résumé

Introduction

En 2016–17, ce territoire d’outre mer a connu une épidémie de dengue sévère (516 hospitalisations/4486 cas, 15 décès) caractérisé par la cocirculation de 3 sérotypes. L’objectif de l’étude était d’identifier des facteurs de risque de sévérité et de développer un modèle prédictif de risque.

Matériels et méthodes

Étude rétrospective des 416 cas de dengue confirmés (RT-PCR+) hospitalisés au CHT de janvier à juillet 2017. Les données recueillies étaient : sexe, âge, ethnie, antécédents, traitements, consommations à risque, symptômes et signes biologiques (lors de la première consultation, en hospitalisation), présence ou non de signes d’alerte et de sévérité (classification OMS 2009), sérotype de dengue, sérologies IgG dengue et zika, prise en charge thérapeutique. Le groupe des patients non sévères a été comparé au groupe des sévères en analyse univariée (Odds ratio, test de Fisher) et multivariée (régression logistique) à l’aide des logiciels Excel, Epi Info 7 et R. Les variables ajustées pour lesquelles p<0,2 en test de Fisher ont été utilisées pour la construction d’un modèle prédictif de risque de sévérité en utilisant une méthode pas à pas descendant (validation par tirage au sort).

Résultats

Parmi 383 patients inclus, 299 (78 %) présentaient des signes d’alerte, 130 (34 %) des signes de sévérité : 22 (5,7 %) hémorragies majeures, 26 (6,8 %) chocs, 54 (14,1 %) hépatites avec transaminases>1000 UI/L dont 8 (2,1 %) hépatites fulminantes, 38 (9,9 %) insuffisances rénales aigues, 9 (2,3 %) myocardites, 4 (1 %) atteintes neurologiques centrales.

Les principaux facteurs significativement associés aux formes sévères en analyse univariée étaient : classe d’âge (20–30 ans et>60 ans), HTA, obésité, dyslipidémie, prise d’antiagrégants plaquettaires, présence d’au moins un signe d’alerte (notamment augmentation de l’hématocrite et diminution rapide des plaquettes, saignement muqueux, accumulation liquidienne, douleur abdominale), plaquettes<30 G/L, TP<60 %, ASAT ou ALAT>10N, infection antérieure par un virus de dengue. La sévérité n’était pas influencée par l’ethnie des patients ni le sérotype de dengue. Les patients décédés étaient le plus souvent jeunes et sans antécédent.

L’analyse multivariée ayant montré une interaction entre âge et sexe, deux modèles ont été développés en fonction du sexe. Les meilleurs modèles basés sur des critères à la fois cliniques et biologiques avaient une Se=93 % et 90 %, Sp=93 % et 79 %, VPP=87,5 % et 64 %, VPN=83,3 % et 95 %, indice de Youden=0,64 et 0,69, coefficient Q de Yule=0,94 et 0,94, respectivement pour les modèles femme et homme.

Conclusion

Nous rapportons une épidémie de dengue sévère marquée par une proportion élevée d’atteinte hépatique avec transaminases>1000 UI/L. Nous avons développé un modèle prédictif de risque de dengue sévère robuste et performant avec possibilité de développer un outil informatique opérationnel pour guider la décision d’hospitalisation et l’organisation du flux des patients hospitalisés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S17 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Issue des grossesses et anomalies congénitales dans une cohorte de 546 femmes enceintes ayant présenté une infection symptomatique à virus ZIKA (ZIKV) confirmée par PCR au cours de l’épidémie de Zika dans les territoires français d’Amérique (TFA)
  • B. Hoen, A. Cabié, A. Funk, C. Herrmann, F. Najioullah, K. Schepers, M. Douine, S. Stegmann-Planchard, D. Rousset, A. Fontanet
| Article suivant Article suivant
  • Leptospirose versus dengue : et si la CRP suffisait pour guider l’antibiothérapie devant une fièvre au retour ou en zone d’endémie ? Une étude cas-témoin appariée
  • P. Le Turnier, T. Bonifay, E. Mosnier, D. Blanchet, A. Jolivet, M. Demar, M. Picardeau, F. Djossou, L. Epelboin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.