Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Migrant, quel bilan et comment ? Un exemple d’organisation sur une population de mineurs non accompagnés - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.079 
C. Péaud-padinha 1, A. Binder 2, L. de Gentile 3, V. Rabier 4
1 Université d’Angers, Département de pédiatrie médicale, Angers, France 
2 Unité Conseil Technique, DGA DSS, Département de Maine-et-Loire, Angers, France 
3 CHU d’Angers, Laboratoire de Parasitologie, Angers, France 
4 CHU d’Angers, Service des maladies infectieuses et tropicales, Angers, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Environ 25 000 Mineurs Non Accompagnés (MNA) en France sont pris en charge par les départements. Dans le Maine-et-Loire les MNA bénéficient d’un parcours de soin précoce, coordonné à visée intégrative inscrit dans un passeport santé qui est unique en France. L’objectif était de connaître l’épidémiologie de cette population grâce à ce parcours.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude épidémiologique, prospective, monocentrique. Un recueil de données a été réalisé sur 124 dossiers de MNA arrivés en France du 01/01 au 31/12/16. Le critère de jugement principal était la présence d’une pathologie infectieuse. Les critères de jugement secondaires étaient la présence d’autres pathologies, la mise en place d’un ou plusieurs traitement(s) anti-infectieux et le nombre de consultation spécialisée réalisée en dehors du bilan de santé initial.

Résultats

Cent vingt-quatre jeunes ont été inclus. Soixante-quatorze et deux pour cent (92 cas) présentaient une ou plusieurs pathologie(s) infectieuse(s), 79 % (98 cas) une ou plusieurs pathologie(s) non infectieuse(s). Les principales pathologies infectieuses étaient : schistosomose 32,3 % (40 cas), autre parasitose digestive 41,1 % (51 cas), infection tuberculeuse latente 19,4 % (24 cas), hépatite B active 6,4 % (8 cas), tréponématose 2,4 % (3 cas), tuberculose maladie 1,6 % (2 cas), Helicobacter Pylori 0,8 % (1 cas). Sur le plan thérapeutique : 76,6 % (95 cas) ont reçu un traitement, 62,9 % (78 cas) ont reçu au moins un traitement anti-infectieux. Principalement : praziquantel 29,8 % (37 cas), traitement anti-tuberculeux 18,9 % (23 cas), metronidazole 15,1 % (11 cas), ivermectine 13,7 % (10 cas), albendazole 11 % (8 cas). Par ailleurs 55,6 % des MNA (69 cas) ont bénéficié d’une consultation spécialisée (224 consultations au total). Les principales étaient dédiées aux soins dentaires (32 consultations), à l’imagerie (31 actes), aux consultations d’hépato-gastro-entérologie (10 consultations), aux consultations d’ophtalmologie (10 consultations). Un rattrapage vaccinal a été réalisé chez 57,3 % des MNA (71 cas). Les autres pathologies rencontrées étaient principalement des anomalies de l’hémoglobine 40,3 % (50 cas), des pathologies dentaires 31,4 % (39 cas), des troubles orthopédiques 12,9 % (16 cas), des anomalies ophtalmologiques 12,1 % (15 cas), des troubles psychiques 11,3 % (14 cas), des anomalies de l’audition 9,7 % (12 cas).

Conclusion

Ces résultats montrent qu’une majorité de MNA est affectée par au moins une pathologie, infectieuse ou non. L’éducation thérapeutique, la promotion et la prévention de la santé doivent être abordées auprès de cette population vulnérable. Ce parcours coordonné de dépistage et de santé publique, efficient à l’échelle locale, tendrait à être évalué à l’échelle nationale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S28-S29 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quel bilan de santé les médecins proposent-t-ils aux personnes migrantes arrivant sur le territoire français ? Résultats d’une enquête de pratique
  • N. Vignier, C. Dreneau, G. Rauzet, J. Bottero, H. Leroy, F. Deniaud, O. Bouchaud, G. Ibanez, C. Janseen, M. Mechain
| Article suivant Article suivant
  • PrEP : intérêt d’une approche globale en santé sexuelle au sein d’une unité spécifique de prévention
  • B. Bonnet, N. Hall, M. Besnier, C. Bernaud, R. Gorre, C. Henry, M. Malet, J. Coutherut, C. Biron, F. Raffi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.