Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Solutions et questions face à l’émergence d’une épidémie d’hépatite A chez les patients VIH/HSH - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.082 
A. Martin, A. Menard, L. Meddeb, J. Lagier
 IHU, Marseille, France 

Résumé

Introduction

Face à l’épidémie de VHA chez les patients HSH décrite en France depuis 2016, nous avons organisé une campagne de vaccination(VHAv) en urgence des patients à haut risque associée à une évaluation des bonnes pratiques médicales et de counseling sur les IST.

Matériels et méthodes

À partir des données du dossier patient informatisé NADIS nous avons sélectionné dans notre cohorte de 3200 patients VIH, les patients HSH et bisexuels avec une sérologie VHA négative ou non renseignée, pour les contacter (30/06–30/09/2017) leur proposant une VHAv gratuite et un auto-questionnaire anonyme sur leur pratiques sexuelles et leur connaissance des différentes IST.

Résultats

Parmi nos patients VIH+/HSH et/ou bisexuels (n=637), ceux ayant une sérologie VHA négative en IgG (169 ; 26 %) ou non renseignée (141 ; 22 %) dans NADIS ont été soumis à l’approbation du médecin réfèrent avant d’être inclus dans notre étude et contactés (n=250). Au total 110 (44 %) hommes ont eu une VHAv. Leur médiane d’âge était de 45 ans (17–71), de durée d’infection par le VIH était courte (7 ans), tous étaient sous ARVc avec une CVVIH <35 copies/mL pour 93 % et un taux de CD4>500/mm3 pour 74 %. La plupart avait une IST en antécédent : syphilis pour 38 %, chlamydiae pour 6 %, HPV pour 14 %, VHB/VHC pour 13 %, et gonococcie pour 2 %. Un total de 74 patients a accepté de répondre à l’autoquestionnaire. La majorité (84 %) a déclaré avoir eu une sexualité active dans les deux mois précédents avec un homme (77 % d’HSH) ou les deux (7 % de bisexuels) mais rarement avec un seul partenaire stable (32 %). La plupart (43 %) rapportait 1–10 partenaires/2 mois et 9 % plus de 30. Le moyen ou lieu de rencontre était Internet dans 58 % des cas, les lieux festifs dédiés dans 31 % de cas, et les parcs dans 9 % des cas. Seulement 3 % des patients consommaient mensuellement du ChemSex (sexualité sous l’effet de produits chimiques),11 % annuellement, et 28 % ignorait cette pratique. Au cours des deux mois précédents un rapport bucco*génital était rapporté par 77 % d’entre eux, toujours protégé par un préservatif dans 3 % des cas. Une pénétration anale a été rapportée par 76 % des patients avec souvent (24 %) ou toujours (34 %) le port du préservatif. Plus du tiers des patients interrogés déclarait n’avoir aucune idée des modes de transmission des IST (20 % pour le VHA, 31 %/VHBVHC, 20 %/syphilis,42 %/gonocoque, 39 %/chlamydiae) bien que 69 % d’entre eux en ait déjà contracté une (11 %/VHBVHC, 21 %/syphilis,18 %/gonocoque, 39 %/chlamydiae).

Conclusion

Notre étude a permis de vacciner presque la moitié de nos patients exposés au VHA à l’acmé de l’épidémie permettant de réduire la chaîne de contamination. En revanche, elle souligne que la « mobilisation médicale+la gratuité+disponibilité du VHAv » n’ont pas suffi à motiver tous les patients. Le Network devrait devenir Le support d’informations et de prévention pour les IST.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S30 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prévalence des infections par les virus des hépatites C (VHC) et B (VHB) et couverture vaccinale contre le VHB chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes fréquentant des lieux de convivialité gay de cinq villes françaises
  • S. Vaux, S. Chevaliez, L. Saboni, C. Sauvage, C. Sommen, M. Jauffret-Roustide, F. Lot, A. Velter
| Article suivant Article suivant
  • Contrôle sous-optimal de l’infection VIH chez les patientes transgenres, homme vers femme, en 2017, dans un centre hospitalier universitaire
  • A. Sautereau, A. Pinto, C. Burdet, Z. Julia, G. Castanedo, S. Lariven, C. Rioux, R. Landman, F. Michard, Y. Yazdanpanah

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.