Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Contrôle sous-optimal de l’infection VIH chez les patientes transgenres, homme vers femme, en 2017, dans un centre hospitalier universitaire - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.083 
A. Sautereau, A. Pinto, C. Burdet, Z. Julia, G. Castanedo, S. Lariven, C. Rioux, R. Landman, F. Michard, Y. Yazdanpanah
 CHU, Paris, France 

Résumé

Introduction

Il existe peu de données sur les caractéristiques de l’infection par le VIH dans la population transgenre, malgré une prévalence particulièrement élevée dans cette population vulnérable. L’objectif de cette étude est de décrire les caractéristiques d’une population de patientes vivant avec le VIH (PVVIH) transgenres Homme vers femme (HvF) et ayant consulté dans un centre hospitalier universitaire en 2017.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude transversale, rétrospective, décrivant les PVVIH transgenres HvF ayant consulté au moins une fois dans un centre hospitalier universitaire en 2017. Les caractéristiques des patientes, anonymisées, ont été obtenues à partir de la base de données informatisée NADIS®. Médianes et interquartiles (IQ25 % et IQ75 %), d’une part, ainsi que proportions d’autre part, ont été utilisés pour décrire respectivement les variables continues et catégorielles.

Résultats

En 2017, 275 PVVIH transgenres HvF ont consulté dans le service. La durée médiane de suivi était de 6,3 ans (IQ25 % : 1,3 ans ; IQ75 % : 11,4 ans). L’âge médian était de 40,9 ans (IQ25 % : 34,4 ans ; IQ75 % : 47,7 ans). La majorité d’entre elles (88,4 %, 243/275) était originaire d’Amérique latine et la transmission homosexuelle était prédominante (82,2 %, 226/275). L’âge médian au diagnostic de l’infection était de 29,9 ans (24,4 ans ; 33,4 ans). Parmi ces patientes, 24,0 % (66/275) avaient un antécédent les classant en stade SIDA, 34,2 % (94/275) avaient un nadir de CD4 <200 cellules/mm3. Un antécédent d’hépatite B (VHB) concerne 6,9 % (19/275) des patientes, d’hépatite C (VHC) 5,4 % (15/275) et 0,4 % (1/275) avait une co-infection VHB/VHC. Par ailleurs, un antécédent de tuberculose a été notifié pour 27,3 % (75/275) des patientes. La quasi-totalité des patientes (96,7 %, 266/275) avait un traitement anti-rétroviral en décembre 2017 et 67,3 % (185/275) des patients avaient des CD4>500/mm3. Cependant, seulement 76,4 % (210/275) avaient une charge virale <50 copies/mL au dernier bilan et, parmi les 206 patientes ayant eu au moins 6 mois de traitement, 168 (81,5 %) avaient une dernière charge virale indétectable. Par ailleurs, la proportion des patientes ayant au moins un inhibiteur de protéase dans leur traitement était de 51,3 % (141/275).

Conclusion

Dans cette cohorte de patientes transgenres vivants avec le VIH, l’âge médian de l’infection était très bas. Une partie importante d’entre elles était au stade SIDA et/ou avait un nadir de CD4<200 cellules/mm3. La proportion de patientes avec une charge virale VIH indétectable était faible. Il est nécessaire de compléter ces résultats par des études épidémiologiques comparant les caractéristiques de ces patientes avec les autres groupes à risque afin d’identifier divers profils de prise en charge, de contrôle de l’infection VIH ainsi que leurs déterminants.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S30 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Solutions et questions face à l’émergence d’une épidémie d’hépatite A chez les patients VIH/HSH
  • A. Martin, A. Menard, L. Meddeb, J. Lagier
| Article suivant Article suivant
  • La vaccination anti-pneumococcique est insuffisamment réalisée chez les patients à risque : à propos de 693 cas d’infections invasives à pneumocoque
  • O. Epaulard, P. Chavanet, P. Lanotte, O. Launay, D. Lévy-bruhl, J. Mootien, M. Ploy, C. Strady, J. Gaillat, E. Varon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.