Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Caractéristiques des patients porteurs de Bactérie hautement résistante (BHR) à l’échelle d’un territoire alliant zones urbaines et semi-rurales - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.117 
N. Vignier 1, S. Biangoma 2, I. Sohbi 3, C. Metais 4, A. Pitsch 3, P. Blouin 4, E. Ombandza 5, J. Serbource-Goguel 3, A. de Pontfarcy 3, S. Diamantis 3
1 Groupe hospitalier Sud Ile-de-France & Sorbonne Université, IPLESP, UMR 1186, Melun, France 
2 CH Sud 77, Fontainebleau, France 
3 Groupe hospitalier Sud Ile de France, Melun, France 
4 CH Sud 77, Nemours, France 
5 CH Provins, Provins, France 

Résumé

Introduction

Les principales mesures de lutte contre la dissémination des BHR en France reposent sur le dépistage systématique des patients hospitalisés dans l’année à l’étranger, sur la traçabilité des patients déjà connus porteurs de BHR et sur les précautions contacts. Cependant peu de données existent sur les caractéristiques et les circonstances de l’identification de patients porteurs de BHR dans les hôpitaux généraux situés en grande couronne en Ile-de-France.

Matériels et méthodes

Analyse rétrospective des caractéristiques des patients identifiés porteur de BHR (Entérobactéries productrices de Carbapénémase [EPC] ou Entérocoques Résistant à la Vancomycine [ERV]) sur la période 2012–2018 au sein de 5 Centres hospitaliers généraux (CHG).

Résultats

Trente patients ont été identifiés porteur de BHR dans les 5 établissements sur la période de l’étude correspondant à 38 épisodes de découverte de portage (7 ERV et 31 EPC). Les Enzymes identifiés étaient OXA 48 (n=26 : 8 E. cloacae, 8 E. coli, 7K. Pneumoniae, 3 E. aerogenes), OXA 204 (n=3) et NDM1 (n=2). Trois patients (10 %) ont été hospitalisés au sein de plusieurs hôpitaux du territoire. Les patients porteurs étaient des femmes dans 6 cas sur 10, âgés en médiane de 72 ans (IIQ : 65–82). Un ATCD d’hospitalisation était retrouvée pour 24 patients (80 %), le plus souvent au sein des CHG du territoire (21/24) et plus rarement en CHU (4/28). La majorité (86 %) des patients présentait des comorbidités multiples. Un ATCD de portage de BMR/BHR était connu pour 13 % des patients et 43 % des patients étaient sous antibiotique à leur première admission sur le territoire. Le portage a été estimé acquis sur le territoire (communautaire ou associé aux soins) dans 57 % des cas, importé de l’étranger (33 %), acquis dans un CHU hors territoire (7 %), ou acquis dans une clinique hors territoire (3 %). Trois cas (10 %) ont été identifiés comme des cas secondaires à un même patient au sein d’un même hôpital. Les cas importés de l’étranger augmentaient significativement en 2017–2018 en comparaison aux années précédentes (88 % vs 13 %, p<0,001). Ils étaient liés à une hospitalisation à l’étranger dans 7 cas/10 (pays concernés : Espagne (n=4), Kosovo, Cameroun et République centrafricaine) et sans lien retrouvé avec une hospitalisation pour 3 (Turquie, Sri Lanka et Inde). Ils étaient plus souvent rencontrés au sein du CHG le moins périphérique et situé sur l’agglomération au plus fort taux d’immigration (53 % vs 13 %, p=0,02).

Conclusion

L’enjeu des BHR est bien réel au sein des CHG de grande couronne, en particulier au sein des villes à fort taux d’immigration et parmi les services prenant en charge les patients aux comorbidités lourdes. Ce travail souligne l’importance de la collaboration inter-établissement. Des cas de BHR semblent avoir été importés sans lien avec une hospitalisation dans le pays d’origine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S45 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ostéomyélite de la base du crâne compliquée d’un faux anévrisme de la carotide interne droite
  • V. Iliescu, D. Ballieu, N. Ballay, M. Labriffe, B. Daumas
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs associés au portage et à l’acquisition de bactéries multirésistantes par des patients déclarés ou pas allergiques à la pénicilline admis en réanimation pour une infection
  • L. Iordache, A. Depontfarcy, A. Pitsch, S. Galmiche, G. Tebano, G. Lezmi, M. Monchi, S. Diamantis

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.