Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Régression des marqueurs biologiques d’inflammation et de fibrose hépatique après réponse virologique prolongée secondaire à un traitement par antiviraux oraux d’action directe anti-VHC : bilan du suivi prolongé d’une cohorte de patients F3/F4 co-infectés VIH/VHC - 29/05/18

Doi : 10.1016/j.medmal.2018.04.208 
G. Laurichesse 1, S. Casanova 2, V. Corbin 2, H. Laurichesse 2, C. Henquell 3, C. Jacomet 2
1 CoRéVIH Auvergne, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 
2 CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 
3 Laboratoire de virologie, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France 

Résumé

Introduction

Les antiviraux d’action directe (AVD) dirigés contre le virus de l’hépatite C (VHC) permettent une éradication du VHC chez plus de 95 % des patients, y compris les patients co-infectés VIH/VHC. Chez ces patients, souvent cirrhotiques, quel est, à moyen terme, l’impact d’une réponse virale prolongée (RVP) sur la fibrose hépatique ? Si, chez les patients mono-infectés par le VHC, la RVP permet une régression de la fibrose hépatique, la corrélation, chez les patients co-infectés VIH/VHC, entre une RVP de longue durée et la régression de la fibrose hépatique n’est pas, à ce jour, établie, eu égard aux nombreux facteurs de confusion possibles.

Matériels et méthodes

Au sein de la cohorte hospitalière des patients suivis pour infection à VIH, 42/130 patients ayant une co-infection VIH/VHC ont été traités par AVDs au cours de la période 2014–2017 : 31 H/11 F, âge médian (IQR) : 50 (46–53) ans. Les modes de transmission du VHC étaient l’injection parentérale de drogues (21/50 %), les rapports hétérosexuels (10/24 %), les rapports homosexuels masculins (7/17 %), l’injection de produits de coagulation contaminés (4/9 %). Les principaux sous-types étaient 1a (22), 3a (7) et 4a (6). Avant traitement par AVDs, 7 patients avaient une fibrose avancée (F3) et 16 patients avaient une cirrhose du foie (F4) selon le score Métavir. Les combinaisons étaient à base de sofosbuvir+IP ou inhibiteur du complexe N3A/4A. L’évolution de l’inflammation hépatique a été appréciée par l’évolution des valeurs médianes (IQR) des ALAT et ASAT ; celui du degré de fibrose par l’évolution des valeurs médianes (IQR) des scores APRI et FIB-4.

Résultats

Tous les patients traités par AVDs ont eu une RVP (sauf une patiente qui a arrêté d’elle même le traitement à S4, et qui l’a repris depuis). Au cours du suivi médian (IQR) : 27,6 mois (12,9–37,4), aucune rechute virologique après RVP, ni réactivation d’infection à VHB, ni hépatocarcinome, ni décompensation clinique de cirrhose, ni aggravation d’insuffisance hépatique. Seule une ré-infection à VHC a été identifiée. Les valeurs médianes (IQR) des ALAT et des ASAT ont régressé après AVDs respectivement de 74 (51–91) à 31 (24–35) et de 45 (37–51) à 26 (19–36)UI/mL. Le score médian (IQR) APRI a baissé de 0,82 (0,51–2,63) à 0,35 (0,27–0,63). Le score médian (IQR) FIB-4 a baissé de 2,22 (1,31–6,7) à 1,23 (1,04–2,93)

Conclusion

Sur la base des marqueurs étudiés à moyen terme (>2 ans), les AVDs entraînent une régression significative de l’inflammation et de la fibrose hépatique chez des patients F3/F4 co-infectés VIH/VHC.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 48 - N° 4S

P. S83 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation de la performance du fibroscan pour le diagnostic et le suivi de la cirrhose chez les patients infectés par le VHC
  • N. Kalla, F. Megaache, S. Aouidane, H. Mahdjoub, K. Mokrani, S. Tebbal
| Article suivant Article suivant
  • Efficacité d’une solution verrou à l’éthanol dans le traitement conservateur des infections de chambres implantables à staphylocoques coagulase négative : étude randomisée, multicentrique, double insu, contrôlée versus verrou à la vancomycine. Analyse intermédiaire
  • O. Lesens, E. Forestier, E. Botelho-Nevers, P. Pavese, G. David, B. Nougarede, N. Mrozek, M. Vidal, D. Martineau, C. Theis

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.