Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Manifestations musculosquelettiques du diabète sucré - 05/06/18

[14-279-A-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0521(18)66563-5 
M.-A. Timsit
 Service de rhumatologie, Hôpital de la Cavale-Blanche, boulevard Tanguy-Pringent, 29200 Brest, France 

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mercredi 06 juin 2018

Résumé

Le diabète sucré est associé à de nombreuses manifestations musculosquelettiques (MMS) non spécifiques, mais parfois révélatrices. La physiopathologie précise de ces manifestations n'est pas complètement comprise. Les désordres des tissus conjonctifs, la vasculopathie et la neuropathie pourraient avoir un effet synergique dans leurs survenues. Elles augmentent avec la durée d'évolution du diabète et avec l'âge, sans corrélation directe avec le contrôle glycémique. Les syndromes d'enraidissement, les cheiroarthropathies, les ténosynovites des fléchisseurs, les maladies de Dupuytren, les syndromes du canal carpien et les capsulites rétractiles semblent liés à la glycation non enzymatique du collagène. L'ostéoarthropathie nerveuse complique la polyneuropathie diabétique. Habituellement insidieuse, elle débute parfois sur un mode aigu souvent trompeur. Elle favorise les maux perforants plantaires et les surinfections. Un diagnostic précoce et une mise en décharge permettent d'éviter les destructions ostéoarticulaires et les amputations. Des pyomyosites, des infarctus musculaires et des mononévrites ont été rapportées. La fragilité osseuse est une complication chronique du diabète. L'insulinopénie du diabète de type 1 (DT1) s'accompagne d'une densité minérale osseuse (DMO) diminuée ; l'insulinorésistance et l'hyperinsulinisme du diabète de type 2 (DT2) s'accompagnent d'une DMO normale ou augmentée. L'hyperglycémie chronique altère la qualité osseuse par différents mécanismes. Le DT1 et le DT2 sont ainsi associés à des fractures ostéoporotiques. Certaines des thérapeutiques hypoglycémiantes pourraient influencer le risque d'ostéoporose et de fracture. La prévalence de l'hyperostose vertébrale ankylosante et celle de l'arthrose sont augmentées dans le DT2. Le traitement des MMS du diabète est décevant. La prévention repose sur l'équilibration de la glycémie.


Mots-clés : Cheiroarthropathie, Ténosynovite des fléchisseurs, Maladie de Dupuytren, Syndrome du canal carpien, Capsulite rétractile, Ostéoarthropathie nerveuse, Mal perforant plantaire, Ostéomyélite, Pyomyosite, Infarctus musculaire, Mononévrite, Ostéoporose, Hyperostose vertébrale diffuse idiopathique, Arthrose


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.