Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dying in hospital: Qualitative study among caregivers of terminally ill patients who are transferred to the emergency department - 12/06/18

Mourir à l’hôpital : étude qualitative auprès des aidants de patients en fin de vie transférés aux urgences

Doi : 10.1016/j.lpm.2017.09.030 
Martin Pillet 1, , Aline Chassagne 2, 3, Régis Aubry 1, 2, 4
1 CHRU de Besançon, service de soins palliatifs, 25000 Besançon, France 
2 CHRU de Besançon, centre hospitalier régional universitaire de Besançon, CIC 1431 Inserm, équipe « Éthique et progrès médical », 25000 Besançon, France 
3 Université Bourgogne-Franche-Comté, laboratoire de sociologie et d’anthropologie, EA 3189, 25000 Besançon, France 
4 Université Bourgogne-Franche-Comté, neuroscience intégratives et cliniques, 25000 Besançon, France 

?Martin PilletCHRU de Besançon, service de soins palliatifs, 25000 Besançon, France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Introduction

Most people in France die in the hospital, even though a majority would like to die at home. These end-of-life hospital admissions sometimes occur in the emergency setting, in the hours preceding death.

Objective

To understand the motives that incite main natural caregivers to transfer terminally ill patients at the end of life to the emergency department.

Methods

A qualitative study was performed among caregivers of terminally ill patients receiving palliative care and living at home, and who died within 72hours of being admitted to the emergency department of the University Hospital of Besançon, France.

Results

Eight interviews were performed; average duration 48minutes. The caregivers described the difficult conditions of daily life, characterised by marked anguish about what the future might hold. Although they were aware that the patient was approaching the end of life, the caregivers did not imagine the death at all. The transfer to the emergency department was considered as a logical event, occurring in the continuity of the home care, and was not in any way criticised, even long after death had occurred. Overall, the caregivers had a positive opinion of how the end-of-life accompaniment went.

Discussion

Difficulty in imagining death at home is underpinned by its unpredictable nature, and by the accumulation of suffering and anguish in the caregiver. Hospital admission and medicalisation of death help to channel the caregiver's anguish. In order to improve end-of-life accompaniment, it is mandatory to make home management more reassuring for the patient and their family.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

La plupart des français décèdent à l’hôpital alors que la plupart d’entre eux souhaitent finir leur vie à domicile. Ces hospitalisations ont parfois lieu en urgence, dans les heures précédant la mort.

Objectif

Comprendre les motivations des aidants naturels principaux dans le transfert aux urgences d’un patient en situation palliative terminale.

Méthode

Une étude qualitative a été réalisée auprès des aidants de patients en situation palliative terminale vivant à domicile et décédés dans les 72heures qui ont suivi une admission aux urgences du CHRU de Besançon.

Résultats

Huit entretiens ont été réalisés, d’une durée moyenne de 48minutes. Les aidants décrivaient un quotidien difficile, marqué par une forte angoisse de l’avenir. Bien que la conscience de la fin de vie de leur proche était claire, la mort n’était pas imaginée. Le transfert aux urgences apparaissait comme un événement logique dans la continuité de la prise en charge à domicile. Il n’était pas critiqué, y compris à distance du décès. Les aidants portaient un regard favorable sur le déroulement global de l’accompagnement.

Discussion

La difficulté à imaginer le décès à domicile est sous-tendue par son caractère imprévu et par l’accumulation de la souffrance et de l’angoisse de l’aidant. L’hospitalisation et la médicalisation de la mort canalisent en partie cette angoisse. L’amélioration de l’accompagnement de fin de vie nécessite de rendre plus sécurisante la prise en charge à domicile pour le patient et ses proches.

What is already known

The rate of deaths occurring at home is low, despite the fact that many people wish to die at home.
Emergency departments experience a large number of emergency admissions of terminally ill patients who are at the end of life.

What this study adds

The accumulation of difficulties at home, and the lack of preparation of the caregiver in accompanying the end of life lead to the rupture of the home-care model, and prompt the caregiver to transfer the patient to the emergency department.
Hospitalisation of a dying patient at the last minute can be a positive experience for the caregiver (who has the feeling of having kept the patient at home as long as possible)
It is mandatory for end-of-life accompaniment to focus more on the caregiver, particularly with more information about what may happen at home.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 47 - N° 5

P. e83-e90 - mai 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Probiotiques : ne pas jeter bébé avec l’eau du bain
  • Philippe Marteau
| Article suivant Article suivant
  • Les progrès dans la prise en charge des cholangiocarcinomes
  • Sophie-Clémentine Ribiere, Chloé Léandri, Marie-Anne Guillaumot, Catherine Brezault, Romain Coriat

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.