Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Progress in understanding the pathophysiology of multiple sclerosis - 13/06/18

Doi : 10.1016/j.neurol.2018.03.006 
H. Zéphir
 Pôle des Neurosciences et de l’Appareil Locomoteur, CHRU de Lille, LIRIC, U995, équipe 3, Université de Lille, 59037 Lille Cedex, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Multiple sclerosis (MS) arises in people who have a genetic susceptibility to environmental factors and events, which ultimately trigger the disease. It is thought that peripheral immune cells are mobilized and enter the CNS through the impaired blood–brain barrier in the subarachnoid space, as acute lesions show large numbers of macrophages and CD8+ T cells and, to a lesser extent, CD4+ T cells, B cells and plasma cells. Demyelination is mostly localized to focal lesions in early relapsing–remitting (RR) MS, whereas other areas of white matter appear normal. Over time, T-cell and B-cell infiltration becomes more diffuse and axonal injury more widespread, leading to self-perpetuating atrophy in both white and gray matter. With disease progression, inflammatory processes are predominantly driven by the action of CNS resident microglia cells. In addition, there is evidence that meningeal lymphoid-like structures can form and contribute to late-stage inflammation. In general, however, despite dynamic changes over time in MS pathology, lesions do not appear to differ significantly in the different classic forms of MS already identified. While all treatments approved for MS management target inflammatory components of RRMS, the B-cell-depleting antibody ocrelizumab is the first such treatment approved recently for primary progressive (PP) MS. However, recent pathological and imaging findings have prompted reconsideration of the clinical phenotypes of MS patients proposed by Lublin's 2013 classification, including clinical and MRI signs of activity, and new imaging biomarkers of remyelination are now being investigated for new strategies of MS management.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Multiple sclerosis, Inflammation, Microglia, Neurodegeneration, Pathophysiology


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 174 - N° 6

P. 358-363 - juin 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Demyelinating diseases
  • C. Lebrun, J. de Seze
| Article suivant Article suivant
  • Multiple sclerosis biomarkers: Helping the diagnosis?
  • E. Thouvenot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.