Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


ORL - Les tonsillolithes nasopharyngés au scanner : à propos de 31 cas

Doi : JR-02-2007-88-2-0221-0363-101019-200609819 

D Ben Salem [1],

B Guiu [1],

C Duvillard [2],

JF Couaillier [3],

F Ricolfi [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif. Les tonsillolithes nasopharyngés sont moins bien connus des radiologues que les lithiases des amygdales palatines. La possibilité de disposer en routine de coupes fines lors des scanners de la tête et du cou nous a poussé à réaliser une étude rétrospective sur l’étiogénie et sur la sémiologie radiologique des tonsillolithiases nasopharyngées.

Matériel et méthodes. 515 scanners ont été rétrospectivement relus à la recherche de calcifications de la paroi postérieure du nasopharynx. Un patient porteur d’une telle calcification a bénéficié d’une IRM cérébrale dans le cadre du bilan étiologique de son malaise. Cet examen a permis dans le même temps une étude de la paroi nasopharyngée. La taille, la densité et la position de ces concrétions calciques ont été analysées dans tous les cas au scanner.

Résultats. Nous avons découvert chez 31 patients (18 hommes, 13 femmes) une ou plusieurs calcifications de l’espace muqueux pharyngé. La taille de ces calcifications était comprise entre 2 et 5,5 mm avec une densité médiane de 202 UH. Dans deux cas, nous avons observé que ces calcifications étaient rattachées à un kyste intra-adénoïde, alors que dans trois cas les patients étaient porteurs de calcifications des tonsilles palatines et nasopharyngées. Aucun des 31 patients n’avait subi dans le passé une adénoidectomie. Les images de scanner ou d’IRM dans le plan sagittal ont permis de situer clairement toutes les calcifications en avant du fascia pharyngobasilaire.

Discussion. La position de ces calcifications nasopharyngées en avant du fascia pharyngobasilaire permet d’exclure un reliquat calcifié de la notochorde. De plus, la présence concomitante de calcifications tonsillaires nasopharyngées et palatines chez trois patients est un argument supplémentaire pour considérer ces calcifications de la paroi postérieure du nasopharynx comme des tonsillolithes. Ces derniers, qui représentent 6 % des scanners de notre série, sont tous asymptomatiques.

Conclusion. Les tonsillolithes nasopharyngés sont des calculs de taille infra-centimétrique logés dans les tonsilles pharyngées et fréquemment détectés au scanner en l’absence de toute symptomatologie clinique.

Abstract

Nasopharyngeal Tonsillolith: a report of 31 cases

Objective. Nasopharyngeal tonsilloliths are less well known to radiologists than palatine tonsil lithiases. The possibility of routinely available fine slices during CT scans of the head and neck prompted a retrospective study on the causes and radiological signs and patterns of nasopharyngeal tonsilloliths.

Material and methods. A total of 515 CT scans were retrospectively re-examined looking for calcifications of the posterior wall of the nasopharynx. One patient with this type of calcification underwent a cerebral MRI as part of the etiological workup of his faintness, which also provided a study of the nasopharyngeal wall. The size, density, and position of these calcium concretions were analyzed with CT in all cases.

Results. In 31 patients (18 men, 13 women), we discovered one or several calcifications in the pharyngeal mucous area, between 2 and 5.5 mm in size, with a median density of 202 HU. In two cases, we observed that these calcifications adhered to an adenoid cyst, whereas in three cases, the patients had both palatine tonsil and nasopharyngeal calcifications. None of the 31 patients had previously had an adenoidectomy. Sagittal CT and MRI images clearly localized all these calcifications before the pharyngobasilar fascia.

Discussion. The position of these nasopharyngeal calcifications in front of the pharyngobasilar fascia means that a calcified vestige of the notochord can be ruled out. Moreover, the simultaneous presence of nasopharyngeal tonsil and palatine tonsil calcifications in three patients is an additional argument for considering these calcifications of the posterior wall of the nasopharynx as tonsilloliths, all of which, representing 6 % of the CTs in our series, were asymptomatic.

Conclusion. The nasopharyngeal tonsilloliths are stones less than 1 cm in size lodged in the pharyngeal tonsils that are frequently detected on CT when there are no clinical symptoms.


Mots clés : Nasopharynx , Lithiase , Tonsille , Scanner , IRM

Keywords: Nasopharynx , Lithiasis , Tonsil , CT , MRI


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 88 - N° 2

P. 259-262 - février 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • digestif - Traitement par embolisation endovasculaire d’hémorragies gastro-intestinales hautes non variqueuses et aiguës après échec du traitement endoscopique
  • P Chevallier, S Novellas, G Vanbiervliet, P Staccini, L Le Conte, X Hébuterne, JN Bruneton
| Article suivant Article suivant
  • technologie - Évaluation des risques d’échauffement et de déplacement des appareils orthodontiques en imagerie par résonance magnétique
  • K Yassi, F Ziane, E Bardinet, M Moinard, B Veyret, JF Chateil

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité