Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Cancer parathyroïdien - 12/07/18

[10-012-D-10]  - Doi : 10.1016/S1155-1941(18)83562-4 
A.-C. Paepegaey : Chef de clinique assistant, L. Bricaire : Praticien hospitalier, L. Groussin  : Professeur des Universités, praticien hospitalier
 Service des maladies endocriniennes et métaboliques, Hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg Saint-Jacques, 75679 Paris cedex 14, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le vendredi 13 juillet 2018

Résumé

Le carcinome parathyroïdien représente moins de 0,005 % de tous les cancers, et environ 1 % des cas d'hyperparathyroïdie primaire. Les mutations inactivatrices ou les grandes délétions du gène HRPT2 (également appelé CDC73) semblent jouer un rôle important dans la cancérogenèse parathyroïdienne. Les mutations germinales d'HRPT2 sont responsables de l'hyperparathyroidism-jaw tumor syndrome où 15 % des patients présentent un carcinome parathyroïdien en association avec des tumeurs de la mâchoire, des tumeurs pelviennes et des tumeurs rénales. Tout diagnostic de carcinome parathyroïdien doit faire rechercher une mutation germinale du gène HRPT2. Le tableau clinicobiologique est le plus souvent celui d'une hyperparathyroïdie primaire sévère avec une calcémie initiale supérieure à 3,0 mmol/l et une lésion parathyroïdienne supérieure à 3 cm. D'autres critères biologiques, tels qu'une inversion du rapport des dosages de parathormone (PTH) de deuxième génération sur celui de troisième génération, un taux élevé d'human chorionic gonadotrophin (hCG) ou un taux élevé de phosphatases alcalines osseuses orientent vers le diagnostic de carcinome parathyroïdien. D'un point de vue morphologique, la présence à l'échographie d'infiltrations et/ou de calcifications est évocatrice de carcinome. La difficulté du diagnostic histologique est de différencier le carcinome de l'adénome atypique. Le diagnostic de carcinome est posé en cas d'invasion aux tissus adjacents, d'emboles tumoraux ou de métastases. Le traitement repose sur une chirurgie la plus complète possible avec exérèse en bloc. L'intérêt des traitements adjuvants par chimiothérapie, radiothérapie, radiofréquence ou immunothérapie reste à évaluer. Un autre aspect majeur du traitement est le contrôle de l'hypercalcémie, responsable d'une grande morbimortalité, par les biphosphonates, le dénosumab ou les calcimimétiques. Le pronostic dépend du risque de récurrences locales ou à distance et du contrôle de l'hypercalcémie.


Mots-clés : Carcinome parathyroïdien, Hyperparathyroïdie primaire, Hypercalcémie, HRPT2


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.