Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Deux cas d’adénite cervicale à mycobactéries non tuberculeuses chez l’enfant - 23/08/18

Non-tuberculous mycobacterial cervical adenitis in children: 2 cases

Doi : 10.1016/j.annder.2018.02.018 
N. Sigg a, , S. Bailleul b, J.-M. Turmel c, G. Legrand b, S. Kettani d, L. Martin a
a Service de dermatologie, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49100 Angers, France 
b Service d’ORL, clinique de l’Anjou, 9, rue de l’Hirondelle, 49000 Angers, France 
c Service des maladies infectieuses et tropicales, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49100 Angers, France 
d Centre de pathologie de l’Ouest, 2, rue de l’Appentis, 49000 Angers, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’adénite cervicale est la manifestation la plus commune des infections à mycobactéries non tuberculeuses (MNT) chez l’enfant immunocompétent. Elle est pourtant mal connue des dermatologues. Son incidence actuellement en augmentation soulève plusieurs problèmes quant à sa physiopathologie, son diagnostic et sa prise en charge.

Observations

Nous rapportons deux cas d’adénite à MNT, chez une fille de 2 ans vaccinée pour le BCG et chez un garçon de 22 mois non vacciné, dont la présentation trompeuse a entraîné un retard au diagnostic. L’évolution s’est faite vers la fistulisation et le diagnostic a été finalement posé sur des cultures de prélèvements ganglionnaires. Les délais diagnostiques étaient respectivement de 2 et 4 mois. Les enfants ont été traités par 3 semaines d’érythromycine, puis 3 semaines de clarithromycine pour la fille ; par clarithromycine d’emblée pendant 7 semaines suivies d’une excision chirurgicale complète pour le garçon.

Discussion

L’adénite à MNT concerne préférentiellement des filles de moins de 4 ans et survient plus fréquemment en hiver et au printemps. Il faut éliminer les diagnostics différentiels, notamment la tuberculose, par une radiographie pulmonaire. Le diagnostic est orienté par la clinique, une intradermo-réaction à la tuberculine (IDR) positive et la résistance aux antibiotiques classiques. Il n’est certifié que par la culture systématique ou une PCR sur prélèvement ganglionnaire avec recherche spécifique de mycobactéries atypiques. L’augmentation de l’incidence des adénites à MNT, dont les plus fréquentes appartiennent au complexe Mycobacterium avium (MAC), coïncide avec la diminution de la protection infantile par le vaccin BCG. Le traitement de référence est la prise en charge chirurgicale. Néanmoins, des traitements alternatifs (excision incomplète, antibiothérapie, abstention, etc.) sont à discuter en cas d’échec de la chirurgie ou de risque trop élevé de lésion d’une branche du nerf facial.

Conclusion

L’adénite à MNT chez l’enfant immunocompétent est une infection de plus en plus fréquente depuis l’arrêt de la vaccination par le BCG en 2007. Une meilleure connaissance de l’affection, notamment par les dermatologues, permettrait une excision chirurgicale complète à un stade précoce, avec un taux plus faible de séquelles esthétiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Cervical lymphadenitis is the most common manifestation of infection with nontuberculous mycobacteria (NTM) in immunocompetent children. Nevertheless, it is poorly known by dermatologists. Its incidence, which is currently increasing since the cessation of BCG vaccination in 2007, raises several issues regarding its pathophysiology, diagnosis and management.

Patients and methods

We report two cases of NTM adenitis: one in a 2-year-old girl vaccinated with BCG and one in an unvaccinated 22-month-old boy, in whom a misleading presentation led to delayed diagnosis. The condition progressed to fistula formation and the diagnosis was finally made on systematic cultures of lymph node samples. The time to diagnosis was 2 and 4months, respectively. The girl was treated with erythromycin for 3 weeks and with clarithromycin for 3 weeks; the boy received clarithromycin for 7 weeks and underwent complete surgical excision.

Discussion

NTM adenitis preferentially affects girls under 4 years and occurs more frequently in winter and spring. First, the other differential diagnoses, including tuberculosis, must be ruled out by chest radiography. The diagnosis is oriented by the clinical picture, a positive TST and resistance to conventional antibiotics. However, it is only certified by systematic culture or PCR of lymph node biopsies, with screening for atypical mycobacteria being specified. The decrease in child protection by BCG vaccination coincides with the current increase in NTM infections, of which the most frequent is Mycobacterium avium complex (MAC) for cervical adenitis. The reference treatment is surgery. However, alternative treatments (incomplete excision, antibiotics, watchful waiting, etc.) should be considered where surgery fails or there is excessive risk of injury to a branch of the facial nerve.

Conclusion

Atypical mycobacterial adenitis in immunocompetent children has become an increasingly common infection since the abandonment of BCG vaccination. Improved knowledge of this disease would result in complete surgical excision at an early stage with a lower rate of aesthetic sequelae.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Mycobactéries non tuberculeuse, MNT, Adénite cervico-faciale, Mycobacterium avium complex, MAC

Keywords : Non-tuberculous mycobacteria, NTM, Cervicofacial adenitis, Mycobacterium avium complex, MAC


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 145 - N° 8-9

P. 505-511 - août 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • État scléreux révélant une porphyrie cutanée tardive
  • A. Brunet, E. Hainaut
| Article suivant Article suivant
  • Chromomycose cutanée étendue : efficacité de l’association terbinafine et cryothérapie
  • Y. Elkhachine, J. Elbenaye, M. Er-Rami, A. Sakkah, A. Jakar, M. Elhaouri

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.