Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pathologies rares pouvant simuler un lupus - 07/09/18

Rare diseases that mimic systemic lupus erythematosus: Lupus mimickers

Doi : 10.1016/j.monrhu.2018.07.001 
François Chasset a, Christophe Richez b, c, d, Thierry Martin d, e, Alexandre Belot f, g, h, i, Anne-Sophie Korganow d, e, Laurent Arnaud d, j, k,
a Service de dermatologie et d’allergologie, hôpital Tenon, AP–HP, 75020 Paris, France 
b ImmunoConcEpT, CNRS-UMR 5164, université de Bordeaux, 146, rue Léo-Saignat, 33076 Bordeaux, France 
c Centre hospitalier universitaire de Bordeaux, FHU ACRONIM, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux, France 
d Centre national de référence des maladies auto-immunes et systémiques rares Est Sud-Ouest (RESO)-LUPUS, 67000 Strasbourg, France 
e Service d’immunologie, clinique nouvel, hôpital civil, 1, place de l’hôpital, 67091 Strasbourg cedex, France 
f Service de néphrologie, rhumatologie et dermatologie pédiatriques, hôpital femme-mère-enfant, hospices civils de Lyon, 69677 Bron cedex, France 
g Université de Lyon, 59, boulevard Pinel, 69677 Bron cedex, France 
h Inserm U1111, 69007 Lyon, France 
i Filière des maladies auto-immunes et auto-inflammatoires rares (FAI2R), 69677 Lyon, France 
j Service de rhumatologie, hôpitaux universitaires de Strasbourg, 67000 Strasbourg, France 
k Université de Strasbourg, Inserm UMR-S 1109, 67000 Strasbourg, France 

Auteur correspondant. Service de rhumatologie, hôpital de Hautepierre, 1, avenue Molière, BP 83049, 67098 Strasbourg cedex, France.Service de rhumatologie, hôpital de Hautepierre1, avenue Molière, BP 83049Strasbourg cedex67098France

Résumé

Le diagnostic de lupus systémique est complexe, en raison du grand nombre de pathologies susceptibles d’avoir une présentation clinique ou biologique proche de cette maladie. Ces « imitateurs » peuvent être des pathologies très fréquentes, telles que la rosacée (qui peut mimer l’érythème malaire), ou au contraire très rares, telles que la maladie de Kikuchi, les interféronopathies de type 1, la maladie de Castleman, le lymphome T angio-immunoblastique, le déficit en prolidase, le syndrome d’Evans survenant dans un contexte de déficit immunitaire primitif, ou le syndrome de lymphoprolifération auto-immune. Le diagnostic de lupus systémique repose donc sur un interrogatoire détaillé, et plus particulièrement sur la mise en évidence de signes cliniques et biologiques compatibles. Aucun examen de laboratoire ne permet de porter de manière certaine le diagnostic de lupus systémique, mais l’absence d’anticorps antinucléaires doit cependant conduire à remettre en question le diagnostic, tout en gardant en tête qu’il s’agit d’un marqueur non spécifique de la maladie. En cas de doute persistant, il est indispensable d’adresser le patient dans un centre de référence expérimenté dans la prise en charge de cette pathologie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Several conditions have clinical and laboratory features that can mimic those present in Systemic Lupus Erythematosus (SLE). Some of these “SLE mimickers” are very common, such as rosacea which can be mistaken for the butterfly rash, while others such as Kikuchi disease, type-1 interferonopathies, Castleman's disease, prolidase deficiency, angioimmunoblastic T-cell lymphoma, Evans’ syndrome in the context of primary immune deficiencies and the autoimmune lymphoproliferative syndrome are exceptionally uncommon. A proper diagnosis of SLE must therefore be based upon a complete medical history as well as on the adequate constellation of clinical or laboratory findings. While there is no single test that determines whether a patient has lupus or not, the search for auto-antibodies towards nuclear antigens is a key step in the diagnosis strategy, keeping in mind that ANAs are not specific for SLE. In case of persistent doubt, patients should be referred to reference centers with expertise in the management of the disease.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Lupus systémique, Diagnostics différentiels, Revue

Keywords : Systemic lupus erythematosus, Differential diagnosis, Diagnosis, Review


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 85 - N° 4

P. 245-252 - septembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Causes de polyarthrite - polyarthralgies pouvant simuler une polyarthrite rhumatoïde
  • Charlotte Lucas, Aleth Perdriger
| Article suivant Article suivant
  • Diagnostic différentiel des syndromes secs et parotidomégalies
  • Alice Tison, Guillermo Carvajal Alegria, Valérie Devauchelle-Pensec, Divi Cornec

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.