Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Évaluation et prise en charge de la douleur chez le nouveau-né, l'enfant et l'adolescent - 21/09/18

[8-1026]  - Doi : 10.1016/S1634-6939(18)63189-8 
D. Annequin , J. Ngo
 Unité fonctionnelle de lutte contre la douleur, Centre de référence de la migraine de l'enfant et de l'adolescent, Hôpital d'enfants Armand-Trousseau, 26, avenue du Dr-Arnold-Netter, 75571 Paris cedex 12, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 4

Résumé

Les moyens antalgiques actuels permettent de traiter une grande majorité des douleurs de l'enfant. L'anxiété majore la perception de la douleur, ainsi, les méthodes de distraction « défocalisent » l'attention de l'enfant et sont très utiles. À partir de 4 à 6 ans, l'enfant peut évaluer lui-même le niveau de sa douleur. Pour les plus petits, les échelles d'observation comportementale sont nécessaires. Une douleur intense nécessite un antalgique de niveau 2 ou 3 d'emblée sauf pour les crises migraineuses, certaines douleurs neuropathiques et les douleurs psychogènes. La codéine n'est plus prescrite chez les enfants de moins de 12 ans. Il est recommandé, selon la Haute Autorité de santé (HAS), de donner du tramadol et surtout de l'ibuprofène qui possède une très grande marge de sécurité. L'efficacité d'un médicament s'observe en 5 à 10 minutes par voie intraveineuse, en 30minutes per os et en 15 à 30minutes par voie rectale. Une seconde prescription de « rattrapage » est faite en cas d'inefficacité. Chez les enfants de moins de 4 mois, deux minutes avant une effraction cutanée, la prise orale de glucose 30 %, la succion d'une tétine et l'allaitement maternel sont efficaces. L'inhalation du mélange équimolaire oxygène/protoxyde d'azote (MEOPA) et l'application de la crème anesthésiante sont des moyens simples permettant de contrôler efficacement et simplement beaucoup de douleurs des soins, les actes (notamment dans les services d'urgence). La migraine concerne 5 à 10 % des enfants, elle représente la première cause de céphalée primaire récurrente chez l'enfant. L'ibuprofène 10 mg/kg constitue le traitement de crise de référence. Les traitements de fond sont fondés sur des méthodes non médicamenteuses (relaxation, autohypnose, etc.).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Douleur, Pédiatrie, Évaluation, Traitement, Céphalée, Migraine, Soins


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Ophtalmologie pédiatrique
  • P. Dureau
| Article suivant Article suivant
  • Enfants : trousse d'urgence
  • J. Lavaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.