Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L’échographie médullaire du nouveau-né et du nourrisson : du normal au pathologique - 10/10/18

Ultrasound examination of neonatal and infant spine: Normal and abnormal findings

Doi : 10.1016/j.jidi.2018.05.008 
W. Douira-Khomsi , H. Louati, S. Moueddeb, L. Lahmar, L. Ben Hassine, I. Bellagha
 Service de radiologie pédiatrique, hôpital d’enfants Béchir Hamza, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant : service de radiopédiatrie, hôpital d’enfants de Tunis, place Bab Saadoun, 1007 Tunis Jabbari, Tunisie.service de radiopédiatrie, hôpital d’enfants de Tunisplace Bab SaadounTunis Jabbari1007Tunisie

Résumé

L’échographie médullaire est un examen simple, disponible, peu couteux et facile à réaliser chez le nouveau-né et le nourrisson de moins de 4 mois, idéalement au cours du premier mois de vie. Elle permet le dépistage des anomalies médullaires congénitales et en particulier des dysraphismes occultes. L’échographie médullaire est indiquée principalement en cas d’anomalies du revêtement cutané sacro-coccygien. La découverte d’une fossette sacro-coccygienne ne justifie la réalisation d’une échographie médullaire que lorsqu’elle est atypique par la présence d’une dépression médiane de plus de 5mm, située à plus de 25mm de l’anus ou associée à d’autres anomalies cutanées. L’échographie médullaire permet d’étudier aussi bien la moelle épinière que les racines et les espaces péri-médullaires. Elle permet de préciser le niveau du cône médullaire, qui doit normalement se situer au-dessus du niveau du disque L2-L3, et de visualiser la mobilité des racines de la queue de cheval. La connaissance de l’écho-anatomie normale de la moelle et de ses variantes est fondamentale afin de répondre au mieux aux attentes du clinicien et d’orienter les indications de l’imagerie par résonance magnétique. La découverte d’une variante de la normale à l’échographie ne justifie en aucun cas la réalisation d’une IRM médullaire. Cet examen ne doit être indiqué qu’en cas de dysraphisme ouvert, d’anomalie malformative découverte à l’échographie, de tumeur médullaire ou dans un contexte post-traumatique ou post-infectieux.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Spinal ultrasound is a simple, available, inexpensive and easy to perform exam in the newborn and infant under 4 months, ideally during the first month of life. It allows the detection of congenital spinal anomalies and in particular occult dysraphisms. Spinal ultrasound is indicated mainly in case of abnormalities of sacro-coccygeal skin. The discovery of a sacrococcygeus fossa justifies the performance of a spinal ultrasound only when it is atypical by the presence of a median depression of more than 5mm, located more than 25mm from the anus or associated to other skin abnormalities. Spinal ultrasound can be used to study the spinal cord as well as the roots and peri-medullary spaces. It enables to specify the level of the medullary cone, which should normally be above the level of the L2-L3 disc, and to visualize the mobility of the nerve roots. Knowledge of the normal echo-anatomy of the spinal cord and its variants is fundamental to best meet the clinician's expectations and guide the indications of magnetic resonance imaging. The discovery of a variant of the normal on ultrasound does not justify the indication of a spinal MRI. This examination should be indicated only in case of open dysraphism, spinal malformation discovered on ultrasound, spinal cord tumor or in a post-traumatic or post-infectious context.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Échographie, Nourrisson, Moelle épinière, Dysraphisme

Keywords : Ultrasound, Infant, Spinal cord, Dysraphism


Plan


© 2018  Société française de radiologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 1 - N° 5

P. 338-347 - octobre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’imagerie dans le bilan et de suivi de la greffe hépatique
  • A. Paisant, K. Boudjema, P. Bazeries, C. Aubé
| Article suivant Article suivant
  • Infection d’un anévrisme de l’aorte abdominale à Coxiella Burnetii: à propos d’un cas
  • F. Papin, P. Revel-Mouroz, A. Petermann, M.-C. Delchier, S. Lagarde, M. Jaffro, C. Zadro, O. Meyrignac, P. Otal, F.-Z. Mokrane, H. Rousseau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.