Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Algie vasculaire de la face chez des usagers de drogues - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.therap.2018.09.033 
Camille Ponté 1, , Aurélie Giron 2, Marie Crequy 2, Maryse Lapeyre-Mestre 1, Nelly Fabre 3, Juliette Salles 2
1 Centre d’addictovigilance-CEIP, CHU de Toulouse, 37, allées Jules-Guesde, 31000 Toulouse, France 
2 Service de psychiatrie et psychologie, CHU de Toulouse, Toulouse, France 
3 Département de neurologie, CHU de Toulouse, Toulouse, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

En 2016, un cluster de trois cas d’algie vasculaire de la face (AVF) chez des patients suivis dans le centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) du CHU de Toulouse ont été notifiés au centre d’addictovigilance. L’AVF atteint 1 individu sur 1000 en population générale. L’expérience douloureuse associée est considérée comme l’une des plus intolérables. Les patients atteints d’AVF présentent une plus grande prévalence de comorbidités, parmi lesquelles l’usage de substances psychoactives a été (peu) étudié [1]. En collaboration avec les services de neurologie et de psychiatrie, de nouveaux cas ont, depuis, été déclarés. Ce travail a pour objectif la description des cas rapportés ainsi que l’évaluation des liens cliniques, pharmacologiques et neurobiologiques entre l’usage de substances psychoactives et la survenue de l’AVF.

Présentation des cas

Entre 2016 et 2018, six hommes et une femme âgés entre 26 et 54 ans, présentant les critères d’une AVF et un trouble d’usage de substances, ont été inclus dans la série de cas. Parmi les substances consommées, on retrouve :

– le tabac et l’alcool en usage quotidien chez 5/7 sujets ;

– la cocaïne en usage quotidien ou quasi-quotidien chez 5/7 sujets (dont un l’utilise pour stopper les crises algiques, et un l’associe à un facteur déclencheur) ;

– l’usage régulier de cannabis antérieur à la survenue des crises algiques chez 4/7 sujets ;

– des opioïdes en usage abusif ou dans le cadre de substitution de la dépendance chez 5/7 sujets.

L’usage par voie intranasale est rapporté par l’ensemble des sujets de la série et précède la survenue de crises algiques pour 5/7 sujets.

Discussion

Notre série de cas étaye les données de la littérature concernant une prévalence d’AVF supérieure chez les usagers de drogues par rapport à la population générale. L’abus de substances psychoactives peut être la conséquence de la douleur atroce de l’AVF. Les données actuelles mettent en avant l’existence de voies neurobiologiques communes entre addiction et AVF. Tout particulièrement, l’hypothalamus, considéré comme le « générateur » de l’AVF, apparaît comme une potentielle cible thérapeutique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 73 - N° 6

P. 582-583 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Projet Musitox® : consommation de substances psychoactives lors d’un festival de musique en Aquitaine en 2017
  • Amélie Daveluy, Lise Capaldo, Camille Richeval, Sophie Regueme, Coralie Bragança, Arnaud Courtois, Julien Partrat, Karine Titier, Nadège Castaing, Ghada Miremont-Salamé, Delphine Allorge, Jean-Michel Gaulier, Magali Labadie
| Article suivant Article suivant
  • Drogues en Guyane, perspectives après état des lieux des consommations et des prises en charge
  • Alexandre Peyré, Amélie Daveluy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.