Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Association entre la qualité de vie liée à la santé (qdv) et les signes cliniques du cancer de prostate résistant à la castration non métastatique (cprcnm) : résultats de l’étude prosper - 04/11/18

Doi : 10.1016/j.purol.2018.07.016 
A. Villers 1, , G. Attard 2, F. Saad 3, B. Tombal 4, M. Hussein 5, C. Sternberg 6, D. Phung 7, R. Morlock 8, K. Modelska 9, A. Reisman 10, C. Ivanescu 11, D. Penson 12
1 Hôpital Huriez, Lille, France 
2 The Institute of Cancer Research and The Royal Marsden, Surrey, Royaume-Uni 
3 Centre hospitalier de l’université de Montréal/Crchum, Montréal, Canada 
4 Cliniques universitaires Saint-Luc, Bruxelles, Belgique 
5 Northwestern University Robert H. Lurie Comprehensive Cancer Center, Chicago, États-Unis 
6 San Camillo and Forlanini Hospitals, Rome, Italie 
7 Astellas Pharma Inc, Leiden, Pays-Bas 
8 Pfizer Inc, Northbrook, États-Unis 
9 Pfizer Inc, San Francisco, États-Unis 
10 Pfizer Inc, New York, États-Unis 
11 Iqvia, Amsterdam-Zuidoost, Pays-Bas 
12 Vanderbilt University Medical Center, Nashville, États-Unis 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Les données de l’essai prosper ont été analysées pour déterminer (a) le lien entre le délai de détérioration de la qdv et la réponse de l’antigène prostatique spécifique (psa) et (b) l’association entre la qdv et la survie sans métastase (mfs).

Méthodes

Dans l’essai prosper, 1401 patients présentant un cprcnm à haut risque de métastases ont été randomisés (2 :1) entre groupes enzalutamide (enza) ou placebo. La qdv était évaluée avec le questionnaire d’évaluation fonctionnelle du traitement du cancer de la prostate (fact-p) à l’état initial (bl) et toutes les 16 semaines sous traitement. L’association entre 1re détérioration cliniquement pertinente de la qdv et réponse du psa (baisse50 % par rapport à bl) était évaluée selon un modèle de Cox, celle entre variation longitudinale de la qdv et mfs avec modèles conjoints incluant la qdv comme covariable longitudinale, après ajustement du traitement et des variables démographiques/cliniques pertinentes.

Résultats

Au total, 723/1401 (52 %) patients avaient une réponse biologique confirmée et étaient significativement moins à risque d’une détérioration des scores du fact-p que les non-répondeurs (hr : 0,56–0,82), sauf pour le bien-être physique (pwb) [hr=0,90 ; p=0,244]. En incluant le traitement dans le modèle, des effets plus importants étaient observés car 98 % des répondeurs recevaient enza. La plupart des scores fact-p étaient pronostiques de la mfs (7 scores/10). Toute augmentation de 10 points du score total était associée à une réduction de 6 % du risque de métastase (hr=0,94 [ic95 % : 0,88–1,00]). Toutes augmentations de 3 points du pwb, du bien-être émotionnel, ou du score « cancer prostatique » étaient associées à respectivement, 14 % (0,86 [0,81–0,92]), 12 % (0,88 [0,78–0,99]) et 9 % (0,91 [0,86–0,96]) de réduction du risque de métastases.

Conclusion

Ces résultats indiquent qu’une réduction50 % du psa/bl serait associée à une diminution du risque de détérioration de la qdv et établissent un lien entre variation de la qdv/bl et détection de métastases. Ainsi, l’évaluation patients n’est pas utile aux essais cliniques seuls, mais pourrait renforcer la pratique quotidienne pour surveiller la progression de la maladie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 13

P. 615-616 - novembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Impact sur la composition corporelle et le style de vie du suivi personnalisé par télémédecine des patients traités pour un cancer de la prostate par association radio-hormonothérapie utilisant la leuproréline 45 mg
  • G. Cancel-Tassin, A. Azzouzi, V. Ondet, C. Gaffory, L. Cormier, O. Cussenot
| Article suivant Article suivant
  • Impact émotionnel et affectif du cancer de la prostate chez 492 patients traités par agoniste de l’hormone libérant la gonadotrophine (gnrh) : perception du couple
  • M. Colson, A. Descazeaud, S. Droupy, N. Pello-Leprince-Ringuet, V. Perrot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.