Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge anténatale en cas de rupture prématurée des membranes avant la viabilité fœtale. RPC Rupture prématurée des membranes avant terme CNGOF - 07/11/18

Antenatal management in case of preterm premature rupture of membranes before fetal viability: CNGOF Preterm Premature Rupture of Membranes Guidelines

Doi : 10.1016/j.gofs.2018.10.023 
E. Azria a, , b
a Maternité Notre Dame de Bon Secours, groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, DHU risques et grossesse, 185, rue Raymond-Losserand, 75014 Paris, France 
b Inserm UMR 1153, équipe de recherche en épidémiologie obstétricale, périnatale et pédiatrique (EPOPé), centre de recherche épidémiologie et statistique Sorbonne Paris Cité, université Paris Descartes, 75014 Paris, France 

Correspondance.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mercredi 07 novembre 2018

Résumé

Objectifs

Préciser le pronostic maternel, périnatal et infantile à long terme en cas de rupture prématurée des membranes préviable et préciser les interventions susceptibles de réduire les risques et d’améliorer le pronostic.

Méthode

Recherche bibliographique en langue française et anglaise à partir des bases de données Medline et Cochrane entre 1994 et septembre 2018 et à partir des recommandations de sociétés savantes internationales.

Résultats

La RPM préviable est un évènement rare dont la fréquence varie suivant les estimations entre 0,3 et 1 % (NP4). Lorsqu’elles surviennent au décours d’une amniocentèse le pronostic est meilleur qu’en cas de RPM spontanée (NP3). Entre 23 et 39 % des femmes accoucheront dans la semaine qui suit la RPM et près de 40 % des femmes n’auront pas accouché 2 semaines après (NP3). La fréquence des interruptions médicales de grossesse est très variable suivant les études (NP4), tout comme celle des morts fœtales (NP4). Les taux de survie hospitalière et de survie sans morbidité majeure rapportés au nombre de patientes ayant un traitement conservateur varient respectivement de 17 à 55 % et 26 à 63 % (NP4). Le pronostic néonatal est largement dominé par la prématurité et ses complications (NP3). La fréquence du sepsis maternel varie entre 0,8 et 4,8 % dans les études les plus récentes (NP4). Un seul cas de mort maternelle est rapporté, 3 cas ont cependant été identifiés en France entre 2007 et 2012 (NP3). L’information est une composante à part entière du soin à apporter aux femmes et à leur conjoint (Accord professionnel). Une période d’hospitalisation initiale peut être proposée (Accord professionnel). Au décours, il n’y a pas d’argument pour recommander une prise en charge hospitalière plutôt qu’une prise en charge extra-hospitalière dès lors qu’il n’existe pas d’argument en faveur d’une infection intra-utérine (Accord Professionnel). Une évaluation de la quantité de liquide amniotique par échographie pourra être proposée lors de la consultation initiale et après un délai de 7 à 14jours si la grossesse se poursuit (Accord Professionnel). Il est recommandé d’administrer un traitement antibiotique prophylactique dès le diagnostic de RPM (Accord professionnel). L’âge gestationnel à partir duquel débuter un traitement par corticoïdes sera fonction des seuils choisis pour entreprendre des soins de réanimation néonatale. Il prendra notamment en compte le positionnement parental (accord professionnel). À partir du moment où est décidé de réaliser une réanimation néonatale et jusqu’à l’âge gestationnel de 32 SA, il est recommandé d’administrer du MgSO4 à la patiente dont l’accouchement est imminent (grade A). Il n’est pas recommandé d’administrer une tocolyse dans ce contexte (Accord professionnel). Dans certaines situations répondant strictement aux conditions mentionnées par le Code de santé publique article L. 2213-1, une demande maternelle d’interruption médicale de grossesse pourra être discutée.

Conclusion

Les niveaux de preuve des travaux scientifiques sur la prise en charge des RPM préviables sont faibles ; aussi, un certain nombre des recommandations proposées ici sont-établis à partir d’accord professionnel par extension « raisonnable » des recommandations valables pour des âges gestationnels plus avancés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

To evaluate the maternal, perinatal and long-term prognosis in the event of previable premature rupture of the membranes (PROM) and to specify the interventions likely to reduce the risks and improve the prognosis.

Methods

The PubMed database, the Cochrane Library and the recommendations from the French and foreign obstetrical societies or colleges have been consulted.

Results

Previable PROM is a rare event whose frequency varies from 0.3 to 1% according to estimates (NP4). When occurring as a complication of amniocentesis, the prognosis is generally better than when spontaneous (NP3). Between 23 and 39% of women will deliver in the week following PROM and nearly 40% of women will not have given birth 2 weeks after (NP3). The frequency of medical termination of pregnancy varies greatly according to the studies (NP4), as does that of fetal death (NP4). Hospital survival and survival rates without major morbidity as a proportion of conservatively treated patients range from 17–55% and 26–63%, respectively (NP4). Neonatal prognosis is largely dominated by prematurity and its complications (NP3). The frequency of maternal sepsis varies from 0.8 to 4.8% in the most recent studies (NP4). Only one case of maternal death is reported, although 3 cases were identified in France between 2007 and 2012 (NP3). Information is a major component of the care to be provided to women and their partners (Professional consensus). An initial period of hospitalization may be proposed after previable PROM (Professional consensus). Thereafter, there is no argument to recommend hospital management rather than extra-hospital management when there is no argument in favour of intrauterine infection (Professional consensus). An evaluation of the amount of amniotic fluid by ultrasound may be proposed at the initial consultation and after a period of 7 to 14 days if pregnancy continues (Professional consensus). Prophylactic antibiotic treatment is recommended as soon as PROM is diagnosed (Professional consensus). The gestational age at which corticosteroid therapy may be proposed will depend on the thresholds selected for neonatal resuscitation care. In particular, it will take into account parental positioning (Professional consensus). From the time of the decision to perform neonatal resuscitation until the gestational age of 32 weeks, it is recommended to administer MgSO4 to the woman whose delivery is imminent (Grade A). Tocolysis is not recommended in this context (Professional consensus). In certain situations, meeting strictly the conditions mentioned by the CSP article L. 2213-1, a maternal request for medical interruption of pregnancy may be discussed.

Conclusion

The levels of evidence of scientific work on the management of previable PROM are low, therefore, most of the recommendations proposed here are based on professional agreement by “reasonable” extension of recommendations valid for later gestational ages.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Rupture prématuré des membranes, Viabilité fœtale, Extrême prématurité, Grossesse à risque, Infection intra-utérine, Hypoplasie pulmonaire

Keywords : Premature rupture of membranes, Fetal viability, Extreme prematurity, High-risk pregnancy, Intrauterine infection, Pulmonary hypoplasia


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.