Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Non-nucleoside reverse transcriptase inhibitors (NNRTIs)-induced Stevens-Johnson syndrome and gynecomastia in an HIV-infected child: A case report - 03/12/18

Syndrome de Stevens-Johnson et gynécomastie induits par les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI) chez un enfant infecté par le VIH

Doi : 10.1016/j.annder.2018.07.022 
B. Saka a, , A.S. Akakpo a, A. Bassowa b, A.N. Dapam c, G. Mahamadou a, J.N. Teclessou a, A. Mouhari-Toure a, A.Y. Laouali a, E. Mensah c, K. Kombaté a, P. Pitché a
a Service de dermatologie et IST, CHU Sylvanus Olympio, BP 30785, Lomé, Togo 
b Service de gynécologie et d’obstétrique, CHU Sylvanus Olympio, Lomé, Togo 
c Association Espoir Vie Togo (EVT), Lomé, Togo 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 4
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Background

Non-nucleoside reverse transcriptase inhibitors (NNRTIs) are antiretroviral drugs often used in the first-line treatment regimen of HIV1 infection worldwide. We report a case of successive gynecomastia and Stevens-Johnson syndrome (SJS) respectively induced by efavirenz and nevirapine in a single patient.

Case report

A 16-year-old boy, HIV1-infected since birth, was started on antiretroviral treatment (ART) in August 2015 and was taking a regimen comprising abacavir, lamivudine and efavirenz. In April 2016, when his weight reached 35kg, abacavir was replaced with tenofovir. Bilateral breast enlargement, previously hidden by the patient, was diagnosed two years after the start of ART. History-taking, physical examination and laboratory tests ruled out known causes of gynecomastia, and efavirenz was thus considered the most likely cause. This drug was then withdrawn and replaced with nevirapine in July 2017. Thirty-three days after the patient started nevirapine treatment, a skin rash appeared. Physical examination revealed erythematous macules and flaccid bullae with estimated skin detachment of 10%. There were also conjunctival, buccal and genital lesions. A diagnosis was made of SJS induced by nevirapine. Three months after withdrawal of efavirenz, breast size decreased by 3cm on the left breast and 2cm on the right breast; two months after the SJS, cutaneous sequelae alone persisted, such as diffuse hyperchromic macules.

Discussion

Recognition of gynecomastia as a side-effect of efavirenz is important to allow the condition to be treated while it is still potentially reversible. Moreover, when efavirenz is replaced, a protease inhibitor should be preferred to nevirapine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI) sont des antirétroviraux souvent utilisés en première ligne du traitement de l’infection par le VIH1. Nous rapportons un cas de gynécomastie bilatérale sévère et de syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) respectivement induits par l’efavirenz et la névirapine chez un même patient.

Observation

Un garçon de 16 ans, infecté par le VIH1 depuis la naissance, était mis en août 2015 sous abacavir, lamivudine et efavirenz. En avril 2016, son poids atteignant 35kg, l’abacavir était remplacé par le tenofovir. Une augmentation bilatérale de volume mammaire, dissimulée par le patient, était diagnostiquée deux ans après le début du traitement. L’histoire de la maladie, l’examen physique et les examens de laboratoire écartant les principales causes connues de gynécomastie, la responsabilité de l’efavirenz était alors considérée comme la plus vraisemblable. Ce médicament était donc retiré et remplacé par la névirapine en juillet 2017. Trente-trois jours après le début du traitement par la névirapine, une éruption cutanée apparaissait. À l’examen physique, on notait des macules érythémateuses et des bulles flasques avec un décollement cutané estimé à 10 % de la surface corporelle. Il existait également des lésions conjonctivales, buccales et génitales. Le diagnostic de SSJ induit par la névirapine était retenu. Trois mois après le retrait de l’efavirenz, la taille des seins diminuait de 3cm à gauche et 2cm à droite ; deux mois après le SSJ, il persistait uniquement des séquelles cutanées à type de macules hyperchromiques diffuses.

Discussion

La recherche d’une gynécomastie comme effet indésirable de l’efavirenz est importante afin d’intervenir au moment où elle peut encore être réversible. Par ailleurs, en cas de substitution de l’efavirenz, un inhibiteur de protéase devrait être préféré à la névirapine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Gynecomastia, Stevens Johnson syndrome, Non-nucleoside reverse transcriptase inhibitors, Togo

Mots clés : Gynécomastie, Syndrome de Stevens-Johnson, Inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse, Togo


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 145 - N° 12

P. 773-776 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Œdème palpébral induit par le pemetrexed (Alminta®)
  • A. Badaoui, E. Mahé
| Article suivant Article suivant
  • Chalazodermie amyloïde multifocale. Le concept d’élastopathie immunoglobulinémique
  • G. Hazemann, L. Gusdorf, M. Mitcov, C. Lenormand, D. Lipsker

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.