Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prévalence et déterminants du syndrome d’apnée du sommeil chez des hommes ayant un syndrome métabolique et une hypertension artérielle contrôlée - 26/03/08

Doi : AMCV-08-2007-100-8-0003-9683-101019-200600009 

B. Hansel,

F. Cohen-Aubart,

C. Dourmap,

P. Giral,

E. Bruckert,

X. Girerd

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Contexte : L’obésité abdominale et l’hypertension artérielle (HTA) sont fréquemment associées au syndrome d’apnée du sommeil (SAS). Compte tenu d’une association forte entre HTA et SAS, la présence d’une HTA résistante conduit souvent à prescrire un enregistrement du sommeil. La prévalence du SAS chez les patients ayant une HTA traitée et contrôlée est cependant peu documentée. De plus, alors que le syndrome métabolique (SM) semble favoriser la survenue du SAS indépendamment de l’obésité, la prévalence du SAS dans le SM est peu connue. Le score d’Épworth évaluant le degré de somnolence diurne est proposé pour dépister un trouble du sommeil et décider de pratiquer un enregistrement du sommeil. La fiabilité de ce score pour le dépistage du SAS est peu étudiée en particulier chez les patients ayant un SM.

Objectifs de l’étude : (i) Évaluer la prévalence du SAS chez des hommes ayant un SM, (ii) étudier la relation entre HTA contrôlée et SAS, (iii) évaluer l’intérêt du score d’Épworth pour dépister un SAS.

Méthodes : Parmi les patients hospitalisés pour prise en charge éducative d’un SM (n = 135), ceux qui n’avaient pas de SAS connu (n = 125) ont été explorés systématiquement par une polygraphie nocturne. Le degré de somnolence diurne était évalué par le score d’Épworth. Les données obtenues chez les patients ayant une HTA contrôlée (n = 41) ont été comparées avec celles des sujets normotendus (n = 32).

Résultats: La prévalence du SAS (IAH ≥ 15/h) chez les hommes ayant un SM était de 44 % dans l’ensemble de la population, de 28,1 % chez les sujets avec normotension et de 61 % chez les hypertendus contrôlés. Un SAS sévère (IAH > 30/h) touchait respectivement 6,3 % et 34,1 % des sujets des groupes des groupes normotension et HTA contrôlée (p ≪ 0,01). Les patients ayant un IAH > 15/h et ceux ayant un IAH ≪ 15/h se différenciaient essentiellement par le degré de surcharge pondérale et le niveau de pression artérielle. L’analyse en régression logistique montrait que l’HTA contrôlée est un déterminant du SAS indépendant de l’indice de masse corporelle. Le score d’Épworth ne permettait pas de dépister efficacement le SAS: quel que soit le seuil choisi pour définir un score pathologique, la courbe ROC montrait que ce test est peu contributif. La valeur prédictive positive et négative (seuil pathologique du score: 11/24) était respectivement de 0,20 et 0,47.

Conclusion : La prévalence du SAS est importante chez des hommes ayant un SM. L’HTA, même contrôlée, est un facteur prédictif de SAS indépendant du niveau d’obésité. Le score d’Épworth n’est pas contributif pour choisir les patients qui devraient bénéficier d’un enregistrement du sommeil. Le SAS sévère touchant près d’un tiers des sujets ayant un SM avec HTA contrôlée, nous pensons qu’un enregistrement du sommeil devrait être proposé systématiquement chez ces patients et non seulement en cas d’HTA résistante.

Abstract

Background: Abdominal obesity and high blood pressure (HBP) are known to be associated with sleep apnea syndrome (SAS). Resistant hypertension commonly leads physicians to prescribe a sleep record because the prevalence of SAS is high in patients with resistant hypertension. Data on the prevalence of SAS in patients with treated and controlled hypertension are lacking. Moreover, while the metabolic syndrome (MS) and insulin resistance frequently occur in association with SAS, few studies have evaluated the prevalence of SAS in patients with MS. Epworth sleepiness scale (ESS) is often proposed to identify patients at high risk for sleep disorders and for which a sleep record should be prescribed. The reliability of this test to identify SAS has not been studied in patients with MS.

Objectives: (i) to assess the prevalence of SAS in men with MS, (ii) to study the relationship between controlled hypertension and SAS in patients with MS, (iii) to assess the reliability of the ESS to diagnose SAS in patients with MS.

Methods: Among 135 men hospitalized for MS, the 125 who had no history of SAS were systematically evaluated by a nocturnal polygraphy was systematically performed in the 125 men without known SAS at the admission. An excessive daytime sleepiness was assessed by the ESS. Results of analyses in patients with controlled HBP (≪130/85 mmHg with antihypertensive drug(s), n = 41) were compared with those in patients with normotension (≪ 130/85 mmHg without treatment, n = 32).

Results: The prevalence of SAS (apnea-hypopnea index (AHI) ≥ 15/h) in men with MS was 44% in the whole population, 28.1% in the subgroup of patients with normotension and 61.0% in patients with treated and controlled HBP. A severe SAS (AHI ≥ 30/h) was respectively present in 6.3% and 34.1% of patients with normotension and controlled HTA (p ≪ 0.01). Compared with patients without SAS, those with SAS displayed higher blood pressure and BMI. Logistic regression analysis showed that controlled HTA was a determinant of SAS which persisted after adjustment for BMI. As suggested by the ROC curve, the ESS is not a good tool to identify patients with SAS. With a threshold of 11/24 the positive and negative values of this scale were of 0.20 and 0.47.

Conclusion: The prevalence of SAS is high in men with MS. The ESS does not identify patients who should undergo a nocturnal record. Because a severe SAS is found in nearly one third of patients with MS and controlled HBP, we suggest that a nocturnal record should be systematically proposed to these patients irrespective of the degree of daytime sleepiness assessed by questionnaires.


Mots clés : Apnées du sommeil , hypertension artérielle , syndrome métabolique


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 100 - N° 8

P. 637-641 - août 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Enquête MICROALB- CARDIO : Évaluation nationale de la prévalence de la micro-albuminurie et de l’attitude thérapeutique chez l’hypertendu diabétique de type 2 en cardiologie de ville en France.
  • P. Sabouret, M. Laville, M. Krempf, S. Om, T. Denolle
| Article suivant Article suivant
  • Le Syndrome métabolique : marqueur de risque chez l’hypertendu ? Importance de la définition utilisée.
  • P. Marbœuf, M. Gras, G. Rosey, P. Fontaine, C. Mounier-Vehier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.