Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Facteurs échocardiographiques prédictifs du rétablissement et du maintien du rythme sinusal après réduction de la fibrillation auriculaire - 26/03/08

Doi : AMCV-09-2007-100-9-0003-9683-101019-200602691 

A. Ben Khalfallah,

I. Sanaa

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Avec une prévalence de 0,4 % de la population générale, la fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus fréquent. Bien qu’elle ne semble pas retentir sur l’espérance de vie, des études récentes ont démontré son impact négatif sur la qualité de vie, ce qui justifie une conduite visant à rétablir le rythme sinusal autant que possible.

Objectif. Cette étude vise à déterminer les paramètres échographiques permettant de prédire le rétablissement et le maintien du rythme sinusal au bout de douze mois de suivi.

Matériel et méthodes. Cent trente patients consécutifs ayant une fibrillation auriculaire permanente (récente chez 51 patients et chronique chez 79 patients) ont été inclus dans l’étude. L’âge moyen à l’admission est de 63,5 ± 11,3 ans. Les patients atteints de valvulopathies ou de dysfonction thyroïdienne ont été exclus. Après ralentissement de la cadence ventriculaire et anticoagulation efficace, un examen échographique par les deux voies transthoracique et transœsophagienne a été réalisé avant la cardioversion électrique. L’examen a comporté la mesure des diamètres télésystolique et télédiastolique ventriculaires gauches, des fractions d’éjection et de raccourcissement ventriculaires gauches, de la surface auriculaire gauche (SOG), du diamètre antéropostérieur de l’oreillette gauche ainsi que la mesure de la surface de l’auricule gauche et du pic de vélocité intra auriculaire gauche en Doppler pulsé (Pic V). Un suivi périodique en consultation a été assuré chez tous les patients rétablis en rythme sinusal. La présente étude rapporte les résultats à 12 mois d’évolution de ces patients (recul moyen 365 ± 19 jours).

Résultats. La fibrillation auriculaire a été réduite chez 102 patients (dont 44 avaient une FA récente et 58 une FA chronique). Le rythme sinusal a pu être maintenu pendant douze mois chez 79 patients (44 avaient une FA chronique et 35 une FA récente). Parmi les paramètres échographiques étudiés, la surface de l’oreillette gauche (SOG) et le pic de vélocité systolique intra auriculaire gauche (PicV) avant cardioversion sont les facteurs prédictifs les plus puissants pour le rétablissement du rythme sinusal. En analyse monovariée, la SOG est significativement plus faible et le PicV est significativement plus élevé chez les patients ayant récupéré un rythme sinusal par rapport à ceux dont la FA a persisté après la tentative de cardioversion (SOG moyenne : 27,7 ± 7,62 vs 34 ± 7,6 cm2, p ≪ 0,0001 ; PicV moyen : 44 ± 15,8 vs 31,4 ± 13,7 cm/s, p ≪ 0,0001). Cette différence persiste en analyse multivariée. (p = 0,002 pour la SOG et p = 0,005 pour le PicV).

Chez les patients ayant une fibrillation auriculaire récente, seule la surface de l’oreillette gauche permet de prédire, en analyse uni et multivariée, le rétablissement du rythme sinusal (p = 0,05 ; OR = 0,5 ; IC = 0,36 à 3,56). Tandis que le pic de vélocité intra auriculaire gauche permet de mieux le prédire chez les patients ayant une fibrillation auriculaire chronique (p = 0,04 ; OR = 1,29 ; IC = 0,12 à 4,23).

Les valeurs seuils de SOG et PicV pour le rétablissement du rythme sinusal sont respectivement de 25 cm2 et 20 cm/s.

Après rétablissement du rythme sinusal, une surface de l’OG inférieure à 25 cm2 permet de prédire le maintien du rythme sinusal pendant un an (p = 0,04) avec une valeur prédictive positive de 84 %. Le pic de vélocité systolique permet de prédire le maintien du rythme sinusal chez les patients ayant une fibrillation auriculaire chronique avec un seuil à 60 cm/sec alors que la surface de l’OG demeure supérieure en cas de fibrillation auriculaire récente (p = 0,02).

Conclusion. En plus de l’étude anatomique des différentes structures cardiaques et la recherche d’éventuels thrombi intracavitaires avant réduction de la fibrillation auriculaire, l’échographie cardiaque permet de prédire, grâce à la mesure de la surface de l’OG et du pic de vélocité systolique intra auriculaire gauche, le rétablissement et le maintien du rythme sinusal pendant douze mois.

Abstract

Echocardiographic factors predictive of restoration and maintenance of sinus rhythm after reduction of atrial fibrillation

Background. Atrial fibrillation (AF) is the most common cardiac arrhythmia. While the arrhythmia was initially thought to be little more than a nuisance, it is now clear that AF has a significant negative impact on quality of life and a corresponding increase in both morbidity and mortality.

Objective. The aim of this study was to identify Doppler echographic patterns that allow prediction of atrial fibrillation reduction and maintenance of sinus rhythm within 12 months.

Patients and Methods. One hundred and thirty patients having permanent atrial fibrillation, recent (51) or chronic (79) are included in the study, excepting those with valvular heart disease or thyroid dysfunction. The mean age was 63.5 ± 11.3 years. Both transthoracic and transoesophageal echocardiography was performed using a Philips SONOS 5500 Echograph, before cardioversion. Were studied: end diastolic and systolic left ventricular diameters, left ventricular ejectionnal fraction, left atrial area (LAA), left atrial diameter, left atrial appendage area and peak emptying velocities of the left atrial appendage (PeV).

Sinus rhythm was re-established in 102 patients (44 having recent and 58 chronic atrial fibrillation). Sinus rhythm was maintained for 12 months in 79 patients.

Results. Within the echographic parameters studied, the left atrial area (LAA) and peak emptying velocities of left atrial appendage (PeV) before cardioversion were the best predictors of restoration of sinus rhythm.

On monovariate analysis, SOG is significantly lower and PicV is significantly higher in patients whose sinus rhythm had been restored in comparison with those with permanent atrial fibrillation. (Mean SOG: 27.7 ± 7.62 vs. 34 ± 7,6 cm2, p ≪ 0.0001; Mean PicV: 44 ± 15.8 vs. 31.4 ± 13,7 cm/s, p ≪ 0.0001). This difference was maintained on multivariate analysis (p = 0.002 for SOG and p = 0.005 for PicV).

In patients with recent atrial fibrillation, only left atrial area can predict on mono and multivariate analysis (p = 0.05, OR = 0.5, IC = 0.36 à 3.56), re-establishing of sinus rhythm whereas in patients with chronic atrial fibrillation, peak emptying velocity of left atrial appendage predict better re-establishing of sinus rhythm (p = 0.04, OR = 1.29, IC = 0.12 à 4.23).

The threshold values of LAA and PeV for conversion of atrial fibrillation into sinus rhythm are respectively 25 cm2 and 20 cm/sec.

In patients who converted into sinus rhythm; LAA predict maintenance of sinus rhythm at the end of 12 months of survey (p = 0.04) with a threshold value of 25 cm2. In the subgroup of patients admitted with chronic atrial fibrillation, PeV predicts better the maintenance of sinus rhythm (p = 0.05) with a threshold value of 60 cm/sec, p = 0.06; whereas LAA remains better in patients with a recent atrial fibrillation. (p = 0.02).

Conclusion. In addition to the anatomic study of cardiac structure and the search of intracavitary thromboses before reduction of atrial fibrillation, echocardiography allows prediction of cardioversion success (LAA and PeV) and maintenance of sinus rhythm within 12 months.


Mots clés : Échographie , fibrillation auriculaire , rythme sinusal


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 100 - N° 9

P. 745-752 - septembre 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Evaluation du coût des complications des défibrillateurs cardiaques automatiques implantables
  • A. Tisseau, L. Fauchier, P. Poret, I. Robin, P. Cosnay, D. Babuty
| Article suivant Article suivant
  • Chirurgie combinée des dissections aiguës de type A, par remplacement de l’aorte ascendante et endoprothèse non couverte.
  • B. Léobon, D. Roux, S. Saccani, Y. Glock, G. Fournial

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.