Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le syndrome « gingivite érosive chronique » : étude rétrospective de 33 cas

Doi : AD-05-2000-127-4-0151-9638-101019-ART90 

L. Vaillant [ et 2],

S. Chauchaix-Barthès [ et 2],

B. Hüttenberger [ et 3],

B. Arbeille [4],

M.-C. Machet [5],

V. Jan [ et 2],

D. Goga [3],

G. Lorette [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 1
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Objectif

Le syndrome « gingivite érosive chronique » est une inflammation chronique diffuse de la gencive décrite en 1932 sous le nom de gingivite desquamative superficielle. Le but de cette étude était de déterminer les causes de la gingivite érosive chronique ainsi que les caractéristiques cliniques et évolutives.

Malades et méthodes

Il s'agissait d'une étude descriptive rétrospective. Cette étude a porté sur une série consécutive de 33 malades (25 femmes et 8 hommes) vus dans le service de dermatologie et à la consultation de dermatologie buccale pour une gingivite érosive.

Résultats

Treize malades soit 39 p. 100, avaient une pemphigoïde cicatricielle, 12 soit 36 p. 100 un lichen plan et 5 soit 15 p. 100 un pemphigus. Le retard diagnostique a été de 19 mois en moyenne. Le signe de la pince était positif dans 12 cas sur 13 de pemphigoïde cicatricielle. La dapsone a toujours amélioré les lésions buccales de pemphigoïde cicatricielle. La corticothérapie générale et l'acitrétine ont été les médicaments les plus efficaces pour le lichen plan et la corticothérapie a toujours amélioré les pemphigus. Au moment de l'évaluation, seuls 3 cas de pemphigoïde cicatricielle, 2 cas de lichen plan et 1 cas de pemphigus étaient en rémission complète sans traitement.

Discussion

La pemphigoïde cicatricielle et le lichen plan sont les causes les plus fréquentes et représentent les trois quarts des causes de gingivite érosive. Le diagnostic peut être difficile nécessitant le recours aux techniques modernes sophistiquées de diagnostic pour éviter un retard diagnostique. Malgré des traitements symptomatiques systémiques efficaces, les gingivites érosives sont souvent d'évolution très prolongée.

Abstract

Desquamative gingivitis: retrospective analysis of 33 cases.

Objective

Desquamative gingivitis is a chronic diffuse inflammation of the gingiva. The aim of this study was to determine the causes and the clinical characteristics of desquamative gingivitis.

Patients and methods

This was a retrospective descriptive study including 33 consecutive patients (25 women and 8 men) seen at a dermatology clinic for erosive gingivitis.

Results

Thirteen patients (39 p. 100) had cicatricial pemphigoid, 12 (36 p. 100) had lichen planus, and 5 (15 p. 100) had pemphigus. Delay to diagnosis was a mean 19 months. The pinch sign was positive in 12 of the 13 cases of cicatricial pemphigoid. Dapsone improved the buccal lesions of cicatricial pemphigoid in all cases. Systemic corticosteroid therapy and acitretine were the most effective treatments for lichen planus and corticosteroid therapy improved pemphigus in all cases. At the time of assessment, only 3 cases of cicatricial pemphigoid, 2 cases of lichen planus and 1 case of pemphigus had reached complete remission without treatment.

Discussion

Cicatricial pemphigoid and lichen planus are the most frequent causes of desquamative gingivitis, accounting for three-quarters of the cases. Positive diagnosis may be difficult and may require sophisticated techniques to avoid delay. Despite the effectiveness of symptomatic treatment, desquamative gingivitis may have a long course.


Plan



© 2000 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 127 - N° 4

P. 381 - mai 2000 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Vulvodynie et dermographisme
  • J. Lübbe, A. Valiton, P. Pedrazetti, A. Arechalde, M. Harms
| Article suivant Article suivant
  • Dermatomyosite et cancer du cavum : 3 observations
  • H. Boussen, A. Mebazaa, S. Gritli, S. Khalfallah, S. Touati, A. El May, F. Benna, F. Ben Ayed, R. Nouira, N. Bouaouina, A. Ladgham

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité