Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Sels de zinc en dermatologie

Doi : AD-05-2004-131-5-0151-9638-101019-ART6 

F. Stéphan [1],

J. Revuz [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le zinc est un oligo-élément indispensable à l'organisme humain. Il intervient comme cofacteur de métallo-enzymes impliqués dans de nombreux processus cellulaires, mais son activité anti-inflammatoire, qui est à la base de son usage thérapeutique, en dehors de la l'acrodermatite entéropathique, relève de mécanismes mal connus : action sur la production de cytokines, activité anti-oxydante...

Résumé

Sa toxicité est extrêmement faible, marquée à forte dose en administration chronique par des risques d'hypocuprémie. Il n'est pas tératogène et peut être administré pendant la grossesse.

Résumé

Son absorption digestive essentiellement duodénale est inhibée par les phytates alimentaires. Le pic sérique après absorption digestive est obtenu entre la 2 e et la 3 e heure. Il est largement distribué dans l'organisme avec comme principaux réservoir les muscles et l'os. Son excrétion est essentiellement digestive.

Résumé

Son effet spectaculaire dans l'acrodermatite entéropathique où il permet de compenser une malabsorption digestive génétiquement déterminée a été découvert en 1973. Son intérêt dans l'acné a d'abord été démontré avec le sulfate, puis avec le gluconate, mieux toléré sur le plan digestif, mais ne paraissant pas modifier son effet pharmacologique. Diverses études contrôlées ont montré une efficacité sur les lésions inflammatoires. Ces études utilisant des doses variées de 30 à 150 mg de zinc élémentaire ont été conduites contre placebo et pour certaines contre cycline : il est inférieur à la minocycline dans cette indication, mais constitue une alternative lorsque les cyclines sont contre-indiquées.

Résumé

Les autres indications, leishmaniose, verrues, ulcères cutanés, font l'objet de cas cliniques ou de courtes séries non démonstratives aujourd'hui.

Résumé

Sa tolérance aux doses usuelles (200 mg de gluconate de zinc par jour soit 30 mg de zinc élément) est habituellement bonne, les intolérances digestives sont pas exceptionnelles, nausées, vomissements, douleurs épigastriques, mais transitoires et doses-dépendantes.

Abstract

Zinc salts in dermatology.

Zinc is an essential trace element for the human organism. It acts like cofactor for the metalloenzymes involved in many cellular processes. Its anti-inflammatory activity, which is the basis of therapeutic use, other than acrodermatitis enteropathica, is not well known: production of cytokines, antioxidant activity...

Its toxicity is very low, but marked at high doses during chronic administration by the risk of hypocupremia. It is not teratogenic and can be given during pregnancy.

Its absorption, through the duodenum, is inhibited by excessive phytate intake. Maximum concentration is reached after 2 to 3 hours. It is widely distributed in the organism, mainly in muscles and bone. Excretion is predominantly digestive.

Its spectacular effect in acrodermatitis enteropathica, through compensation of genetically determined malabsorption was discovered in 1973. Its usefulness in acne is based on the anti-inflammatory action and was first described with zinc sulfate, then with better tolerated gluconate. Many controlled studies have shown an efficacy on inflammatory lesions. Doses varied from 30 to 150 mg of elemental zinc and studies against cyclines have shown that minocycline has a superior effect; but zinc might be an alternative treatment when cyclines are contraindicated.

To date we don't have convincing data for its use in other indications (leishmaniosis, warts, cutaneous ulcers).

Tolerance at usual doses (200 mg of zinc gluconate or 30 mg of elemental zinc) is good. Major side effects are abdominal with nausea, vomiting, but are fleeting and dose dependent.


Plan



© 2004 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 131 - N° 5

P. 455-460 - mai 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Urticaires paradoxalement aggravées par les antihistaminiques H1
  • A. Catelain, N. Freymond, E. Queuille, J.-F. Nicolas
| Article suivant Article suivant
  • Traitement court de la donovanose par l'azithromycine
  • E. Clyti, P. Couppié, M. Strobel, C. Cazanave, D. Sainte-Marie, R. Pradinaud

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité