Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Tuberculose laryngée

[20-575-A-10]
Frédéric Portier : Praticien hospitalier
Catherine Nowak : Chef de clinique-assistante
Service d'otorhinolaryngologie, centre hospitalier universitaire de Bicêtre, 78, rue du Général-Leclerc, 94275 Le Kremlin-Bicêtre  France
Fabien Cartry : Assistant
Service d'otorhinolaryngologie, hôpital René Dubos, 6, avenue de l'Île-de-France, 95301 Pontoise  France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 4
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L'incidence de la tuberculose laryngée est en constante augmentation depuis 20 ans. Cette pathologie se manifeste par des signes non spécifiques, très proches de ceux du carcinome épidermoïde laryngé. La contamination est généralement interhumaine, par aéroportage lors d'un contact avec un sujet bacillifère. L'atteinte laryngée peut être isolée ou s'inscrire dans un contexte multiviscéral. Dans ce dernier cas, la dissémination s'opère par voie lymphatique ou sanguine et peut intéresser tous les organes. Cliniquement, les signes d'appel sont variables et pour la plupart non spécifiques : dyspnée laryngée, hémoptysie, toux, otalgie, dysphonie (ce dernier signe étant cependant le plus fréquent). L'altération de l'état général avec asthénie, anorexie et amaigrissement, ainsi que la fièvre oscillante et les sueurs nocturnes sont inconstants. En endoscopie, l'aspect bourgeonnant est également non spécifique et ne permet généralement pas de différencier tuberculose et carcinome épidermoïde. L'imagerie de référence est la tomodensitométrie cervicale avec injection de produit de contraste qui montre typiquement des lésions bilatérales et diffuses sans destruction de l'architecture laryngée, et dans certains cas une amputation du bord libre de l'épiglotte très évocatrice.

La tuberculose laryngée est une maladie à déclaration obligatoire prise en charge à 100 %. Elle nécessite idéalement un isolement du patient dès le diagnostic en raison de son caractère bacillifère et jusqu'à la disparition du germe dans les crachats. Son traitement est médical, même en cas de lésions très volumineuses, la chirurgie étant réservée aux cas de dyspnée aiguë ou d'aggravation progressive.



Mots-clés : dysphonie, tuberculose laryngée, carcinome épidermoïde

Plan



© 2003  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Article précédent Article précédent
  • Paresthésies pharyngées
  • Jean-Michel Klossek, Pierre-Jean Fourcroy
| Article suivant Article suivant
  • Fibrome nasopharyngien
  • Stéphane Hervé, Frédéric Portier, René Chapot, Jean-Pierre Guichard, Michel Wassef, Patrice Tran Ba Huy, Philippe Herman

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité