Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Limites et dangers des DSM - 01/01/03

Doi : 10.1016/S0014-3855(03)00006-9 

Jean-Claude  Maleval * *Auteur correspondant. M. le Pr. Jean-Claude Maleval.

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 23
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La publication du DSM-III en 1980 constitue un incontestable tournant dans le discours de la psychiatrie. Pour ses concepteurs il serait parvenu à faire rentrer la psychiatrie dans la science. Tenter d'éliminer la subjectivité, celle du patient, comme celle du clinicien, en serait le prix à payer. Grâce à quoi il serait enfin possible d'user d'une langue commune permettant d'obtenir une grande fidélité diagnostique inter-cotateurs. Le succès des DSM-III et IV repose sur leurs affinités avec des idéaux scientistes et avec leur appropriation à une clinique du médicament. En privilégiant des symptômes cibles privés de tout dynamisme, ils les mettent implicitement en rapport avec des dysfonctionnements du corps. Vingt ans après l'introduction de cette approche présentée comme athéorique, sa principale justification, la fidélité diagnostique, s'avère non fondée ; tandis que les problèmes de validité diagnostique restent éludés. Les DSM sont entrés dans une logique d'infinitisation des troubles mentaux dont la poursuite conduirait à remettre la psychiatrie aux ordinateurs. Ils produisent un appauvrissement des entretiens cliniques ; ils négligent l'éventuelle réticence du patient ; ils génèrent des idéaux normatifs implicites. Même parmi leurs promoteurs, certains commencent à s'apercevoir qu'ils constituent un handicap pour les progrès de la recherche en psychiatrie.

Mots clés  : Diagnostic ; Fidélité diagnostique ; Validité diagnostique ; Clinique du sujet ; Clinique du médicament ; Symptôme.

Abstract

The publication of the DSM-III rating scale in 1980 marked a definite turning point in the development of modern psychiatry. For those responsible for elaborating it, it appeared to have resulted in psychiatry being accepted as a science. However, this was at the expense of eliminating the subjective aspect, both that of the patient and that of the clinical practitioner. As a result of this, it was possible to utilize a common language which permitted high inter-scoring diagnostic accuracy. The success of the DMS-III and IV is based on their affinity with scientific ideals, and with their association with clinical medication. In focusing on target symptoms devoid of all dynamism, they implicitly relate them to bodily dysfunctions. Twenty years after the introduction of this approach presented as being atheoretical, its main justification, i.e. diagnostic accuracy, has been shown to be ill-founded, while the problems of diagnostic validity are eluded. The DSM scales have relegated mental disorders to being infinitized, and the pursuit of this approach could eventually lead to treatment by computerized psychiatry. These rating scales also lead to an impoverishment of clinical consultations; they do not take into account the possible reticence of the patient; and they generate implicit normative ideals. Even amongst their proponents, certain individuals are beginning to see that they could constitute a serious disadvantage to the progress of psychiatry.

Mots clés  : Diagnosis ; Diagnostic accuracy ; Diagnostic validity ; Individual treatment ; Drug treatment ; Symptom.

Plan



© 2003  Publié par Elsevier Masson SAS.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 68 - N° 1

P. 39-61 - janvier 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évolution du champ de la psychiatrie moderne : frontières et contenu
  • Georges Lantéri-Laura
| Article suivant Article suivant
  • Gilbert Ballet et la médiumnité. Contribution à l'histoire de la psychose hallucinatoire chronique et à celle des divisions subjectives
  • Pascal Le Maléfan

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.