Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge de la comorbidité du trouble bipolaire avec l’alcoolodépendance

Doi : 10.1016/j.lpm.2007.09.020 

Georges Brousse 1, Ricardo P. Garay 2  , Amine Benyamina 3

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

Des études récentes ont clairement confirmé l’association entre les troubles bipolaires et les mésusages d’alcool.

La prévalence vie entière des troubles liés à l’abus ou à la dépendance à l’alcool serait de 3 à 4 fois supérieure chez les patients ayant des troubles bipolaires par rapport à la population générale.

La prévalence vie entière des troubles de l’humeur chez les sujets alcoolodépendants serait d’environ 10 fois supérieure à celle de la population générale. En dépit de l’importance de cette association, peu de données existent concernant une prise en charge spécifique tenant compte des 2 troubles et de leur interaction.

Une étude a montré que le valproate diminuerait la forte consommation d’alcool des patients alcoolodépendants bipolaires, en particulier du fait de ses effets stabilisateurs et anticonvulsivants.

En se fondant sur cette étude, l’American Psychiatric Association (APA) a suggéré récemment l’utilisation du valproate dans le traitement de la comorbidité du trouble bipolaire avec l’alcoolodépendance.

Key points

Recent studies confirm the clear association between bipolar disorders and alcohol abuse and dependence.

Lifetime prevalence of disorders associated with alcohol abuse or dependence appears to be 3 to 4 times higher in patients with bipolar disorders than in the general population.

Lifetime prevalence of mood disorders in alcohol-dependent subjects is approximately 10 times higher than in the general population. Despite the strength of this association, there is little information about specific management that takes into account both disorders and their interaction.

One study shows that valproate may reduce excessive alcohol consumption in bipolar alcohol-dependent patients, especially because of its stabilizing and anticonvulsant effects.

Based on this study, the American Psychiatry Association (APA) recently suggested the use of valproate in the treatment of patients with comorbid bipolar disorder and alcohol dependence.

Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 37 - N° 7-8

P. 1132-1137 - juillet-août 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée
  • Michel Galinier
| Article suivant Article suivant
  • Tatouages temporaires au henné : des effets indésirables parfois graves
  • Nicolas Kluger, Nadia Raison-Peyron, Bernard Guillot

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité