Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières S'abonner

Chirurgie de l'incontinence anale de l'adulte

[40-705]  - Doi : 10.1016/S0246-0424(08)43060-1 

P.-A. Lehur : Professeur des Universités, praticien hospitalier, G. Meurette   : Praticien hospitalier

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 16
Iconographies 7
Vidéos 2
Autres 1

Résumé

L'incontinence anale se définit par la perte du contrôle volontaire des selles et des gaz. C'est un handicap sévère dont le traitement peut être chirurgical. Le succès des cures chirurgicales repose sur une évaluation précise des symptômes, des causes et de la lésion sphinctérienne à l'origine de l'incontinence anale. L'échographie endoanale (EEA) est indispensable à l'identification précise de rupture(s) sphinctérienne(s). La sphinctérorraphie directe en « paletot » s'adresse aux ruptures sphinctériennes localisées, de cause le plus souvent obstétricale. Si 70 à 80 % des patients retrouvent en postopératoire une continence satisfaisante après ce geste, le bénéfice semble néanmoins transitoire, avec une détérioration sensible de la continence avec le temps. La place des myorraphies pré- ou rétroanale de Parks destinées à corriger l'incontinence neurogène est discutée en raison de résultats inconstants ; ces techniques pourraient cependant avoir certaines indications dans l'incontinence anale du sujet âgé. Les plasties muqueuses sont indiquées dans l'incontinence d'origine sensitive (posthémorroïdectomie). La neurostimulation sacrée offre une alternative peu invasive en cas d'échec de la réparation sphinctérienne ou d'absence de lésion sphinctérienne systématisée. La graciloplastie dynamique et le sphincter anal artificiel Acticon® sont des options thérapeutiques que l'on peut proposer lorsque les précédentes interventions n'ont pas permis une amélioration substantielle de la continence. Ces traitements, plus invasifs, ont des résultats encourageants dans l'incontinence anale sévère. La colostomie reste un moyen ultime et efficace pour améliorer le confort des patients. Le handicap de la stomie pourrait être limité par les techniques d'irrigation colique antérograde. Enfin, des techniques innovantes sont encore en cours d'évaluation et de développement, laissant entrevoir de nouvelles options thérapeutiques dans les années à venir.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Incontinence fécale, Sphinctérorraphie, Neurostimulation des racines sacrées, Sphincter anal artificiel, Graciloplastie dynamisée, Stomie


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Article précédent Article précédent
  • Traitement chirurgical des fissures anales
  • O. Monneuse, X. Barth
| Article suivant Article suivant
  • Traitement chirurgical des rectocèles
  • G. Meurette, S. Avallone, P.-A. Lehur

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité