Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


Lésions malpighiennes intra-épithéliales de bas grade et de haut grade : Critères cytologiques et corrélations histopathologiques, Diagnostics différentiels

Danielle Hugol * a

Voir les affiliations

Résumé

Les lésions malpighiennes intra-épithéliales de bas grade et de haut grade ont été définies en 1988 dans le système Bethesda. Cette terminologie, cytologique, et qui fait suite à plusieurs classifications, exclut toute prise de position conceptuelle concernant les lésions intra-épithéliales et l'apparition du carcinome. Elle a pour but d'uniformiser les réponses diagnostiques cytologiques en réduisant les discordances entre les observateurs et, par là même, de faciliter les relations avec les cliniciens, les comparaisons entre les laboratoires et les études statistiques.

Les critères cytologiques, communs aux lésions malpighiennes intra-épithéliales de bas grade et de haut grade, sont globalement représentées par des modifications nucléaires (dyscaryose): augmentation de la taille du noyau, irrégularités de la forme et des contours, hyperchromatisme, plurinucléation, irrégularités de la distribution chromatinienne, anomalies du nombre, de la taille et de la forme des nucléoles.

Les lésions malpighiennes intra-épithéliales de bas grade englobent les modifications cellulaires liées à l'infection virale par human papillomavirus (HPV) et les néoplasies cervicales intra-épithéliales de grade I (CIN I). Les critères cytologiques sont modérés dans ce groupe, parfois peu spécifiques. La conclusion diagnostique peut être malaisée, hésitante. Certaines de ces lésions seront classées en ASCUS (atypical squamous cells of undeterminated significance).

Les lésions malpighiennes intra-épithéliales de haut grade recouvrent les néoplasies cervicales intra-épithéliales de grade II (CIN II) et les néoplasies intra-épithéliales de grade III (CIN III), dont le carcinome in situ. Les problèmes diagnostiques posés par ces lésions sont différents de ceux des lésions de bas grade. II s'agit de ne pas méconnaître des cellules de petite taille, souvent peu nombreuses, mais dont les critères cytologiques sont plus évidents.

Les termes de bas grade et de haut grade sous-entendent un diagnostic et une évolution différente, mais le clinicien doit être informé que le diagnostic suspecté ou formel de ces lésions doit être étayé par une étude histologique.

Abstract

In 1988, the Bethesda system defined low and high grade squamous intraepithelial neoplasia. This terminology, and the subsequent classifications, is cytology-based and does not deal with the conceptual basis regarding squamous intraepithelial lesions and the subsequent development of cancer.

The aim of this system was to standardise diagnostic reporting in cytology and to reduce inter-observer variability as well as to facilitate communication with clinicians, inter-laboratory comparison and statistical analysis.

The cytological criteria in common between low and high grade lesions basically consist of nuclear changes (also known as dyskaryosis): increased nuclear size, irregular nuclear shape and contour, hyperchromatism, multinucleation, irregular chromatin distribution, abnormal nucleolar number, size and shape.

Low grade squamous intraepithelial lesions include the cellular effects related to human papillomavirus (HPV) infection and cervical intraepithelial neoplasia grade I (CIN I). The cytological changes in this group are mild and are sometimes non-specific. The diagnosis can be uncertain or guarded. Some of these lesions are classified as ASCUS (Atypical Squamous Cells of Undeterined Significance).

High grade squamous intraepithelial lesions include cervical intraepithelial neoplasia, grade II (CIN II) and cervical intraepithelial neoplasia grade III/carcinoma in-situ (CIN III). The diagnostic problems posed by these lesions are different from those in low grade lesions: the challenge is to not miss small cells, which can often be few in number but in which the cytological abnormalities are clearly evident.

The terms low grade and high grade imply a different diagnosis and a different clinical evolution, but the clinician should be informed that the diagnosis suspected of these lesions should be confirmed by histological studies.


Mots-clé : Système Bethesda, lésion malpighienne intra-épithéliale de bas grade, lésion malpighienne intra-épithéliale de haut grade, koïlocyte, frottis cervico-vaginaux, diagnostics différentiels

Keywords : Bethesda System, low grade squamous intraepithelial lesion, high grade squamous intraepithelial lesion, koilocyte, cervical smears, diagnostic pitfalls



© 2002  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 2002 - N° 346

P. 23-28 - octobre 2002 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le frottis est-il toujours d'actualité? : Le point sur les techniques morphologiques de dépistage et de diagnostic des lésions du col utérin
  • Jacques Diebold, Colette Marsan
| Article suivant Article suivant
  • Les lésions glandulaires primitives du col
  • Françoise Cornélis, Laurence Houdouin, Nasrine Callet, Jacqueline Ferrand

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité