Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


Antibiogramme des Chlamydia et des mycoplasmes

P. Rodriguez, B. de Barbeyrac, H. Renaudin, C. Bebear * 1

Voir les affiliations

Résumé

Les antibiotiques actifs sur les Chlamydia et les mycoplasmes sont les tétracyclines, les macrolides et apparentés et les fluoroquinolones. Les techniques d'antibiogramme classique, standardisées, sont inapplicables en raison de leurs caractères particuliers de croissance (culture intracellulaire obligatoire pour les Chlamydia, croissance lente sur milieux complexes pour la plupart des mycoplasmes). La sensibilité in vitro aux antibiotiques n'est donc le plus souvent étudiée que lors d'apparition de nouvelles molécules.

Cette attitude se justifie dans la grande majorité des cas pour Chlamydia trachomatis et Mycoplasma pneumoniae, en raison du caractère exceptionnel des résistances décrites. Ce n'est pas le cas pour les mycoplasmes génitaux, Ureaplasma urealyticum et M. hominis, qui présentent des résistances acquises aux tétracyclines et pour lesquels des méthodes d'étude simples existent. Les méthodes disponibles pour Chlamydia et mycoplasmes, encore insuffisamment standardisées, sont décrites avec indication de quelques valeurs de CMI.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The antibiotics active against Chlamydia and mycoplasmas are the tetracyclines, the macrolides and related compounds, and the fluoroquinolones. The standardized classical antibiogram techniques are inapplicable because of the particular growth characteristics of these organisms (obligatory intracellular culture for Chlamydia and slow growth on complex media for most mycoplasmas). The in vitro susceptibility to antibiotics is, therefore, usually only studied when new compounds are developed.

This practice is probably justified for Chlamydia trachomatis and Mycoplasma pneumoniae, because of the rare occurrence of resistance. This is not the case, however, for the genital mycoplasmas Ureaplasma urealyticum and M. hominis, which have demonstrated acquired resistance to tetracyclines. Relatively simple methods of study exist for these organisms. Some of these methods available for Chlamydia and mycoplasmas, still insufficiently standardized, are described here, including some indicative MICs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Chlamydia, mycoplasmes, antibiogramme, tétracyclines, macrolides, fluoroquinolones

Key-words : Chlamydia, mycoplasmas, susceptibility testing, tetracyclines, macrolides, fluoroquinolones



© 1995  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 1995 - N° 277

P. 75-80 - septembre 1995 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L'antibiogramme des bactéries anaérobies stricts
  • L. Dubreuil
| Article suivant Article suivant
  • Antibiogramme des bactéries à culture difficile
  • M.-J. Sanson-Lee Pors, L. Raskine

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité