Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ré-irradiation pariétale après mastectomie de rattrapage pour récidive d'un cancer du sein après traitement conservateur : étude rétrospective sur 20 patientes (Nancy : 1988-2001)

Doi : 10.1016/j.canrad.2003.07.001 

S.  Racadot a * ,  C.  Marchal a ,  C.  Charra-Brunaud a ,  J.-L.  Verhaeghe b ,  D.  Peiffert a ,  P.  Bey a *Auteur correspondant.

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 11
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif. - L'objectif de cette étude rétrospective était de juger l'intérêt d'une ré-irradiation adjuvante chez des patientes atteintes d'un adénocarcinome mammaire de très haut risque de seconde récidive locale.

Patientes et Méthodes. - Vingt patientes d'âge médian 47 ans (29-65) ont été traitées pour une néoplasie mammaire de façon conservatrice (tumorectomie, curage, puis radiothérapie externe du sein de 50 Gy en 25 fractions et 5 semaines voire des aires ganglionnaires, avec ou sans chimiothérapie et/ou hormonothérapie). Devant une récidive locale avec des facteurs de pronostic défavorable, elles ont eu une mastectomie et ont été de janvier 1988 à septembre 2001 ré-irradiées sur la paroi thoracique par des électrons ou des photons à une dose médiane de 45 Gy (33-65) délivrée en 15 fractions et 33 jours. Les récidives locales étaient de type inflammatoires (4 patientes), multifocales (5 patientes), avec des nodules de perméation (5 patientes), rétromammelonnaires (3 patientes) ou il y avait une atteinte des tranches de section avec infiltration musculaire ou cutanée (3 patientes). La durée médiane de surveillance était de 48 mois (5-97).

Résultats. - Quinze tumeurs n'ont pas récidivé localement et parmi ces patientes, dix étaient vivantes et sans évolution à distance avec une durée médiane de surveillance de 52 mois (11-97). Il n'existait aucun lien significatif entre respectivement le taux de contrôle local et la dose biologique équivalente de ré-irradiation (p = 0,877) ou la surface de ré-irradiation (p = 0,424). Il a été noté cinq pneumopathies radiques sans insuffisance respiratoire, dont la survenue dépendait de la dose biologique de ré-irradiation (p = 0,037) et des complications tardives à type de pigmentation marquée (12 patientes), de télangiectasies (8 patientes), de chondrite (2 patientes), de fibrose pariétale (7 patientes), de fractures costales (4 patientes), de douleurs invalidantes (11 patientes) et de lymphoedèmes (2 patientes). L'augmentation de la dose biologique équivalente était liée de façon statistiquement très significative à l'augmentation du risque d'apparition de douleurs invalidantes (p = 0,0123).

Conclusions. - La ré-irradiation pariétale permet d'obtenir un bon taux de contrôle local à long terme avec des taux de complications aiguës acceptables, mais néanmoins des séquelles invalidantes, essentiellement douloureuses.

Mots clés  : Ré-irradiation pariétale ; Seconde récidive ; Cancer du sein.

Abstract

Purpose. - To retrospectively assess the efficacy of post-mastectomy re-irradiation for local relapse of breast cancer.

Patients and methods. - Twenty patients, initially treated by conservative surgery and radiotherapy (50 Gy in 25 fractions over 5 weeks) were treated from 1998 to 2001 for a local relapse by salvage mastectomy and re-irradiation (either electron or photon beams). Mean age was 53 years (31-71). Reasons for re-irradiation were that the local relapses were inflammatory (4 pts), multifocal (5 pts), cutaneous (5 pts), involved the nipple (3 pts) or because the surgical margins (either muscle or skin) were involved (3 pts). The median dose of re-irradiation was 45 Gy (33-65) in 15 fractions over 33 days. Mean follow-up was 48 months (5-97).

Results. - Fifteen patients remained free of a second local recurrence and 10 were still alive, without metastasis. Neither the dose of re-irradiation nor the irradiated surfaces were prognostic factors of local control (P = 0.877 and P = 0.424). Five patients developed radiation-induced pneumonitis without functional respiratory impairment. The incidence of pneumonitis seemed to be related to the biological dose of re-irradiation (P = 0.037). Other late complications occurred such as pigmentation changes (12 pts), telangiectasia (8 pts), chondritis (2 pts), parietal fibrosis (7 pts), rib fractures (4 pts), severe pain (11 pts) and lymphedema (2 pts). The increase in biological equivalent dose was highly statistically linked with the occurrence of disabling pain (P = 0.0123).

Conclusion. - Parietal re-irradiation achieves good and lasting local control with an acceptable rate of acute complications but with a risk of disabling late sequelae such as severe pain.

Mots clés  : Re-irradiation ; Second local recurrence ; Breast cancer.

Plan



© 2003  Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 7 - N° 6

P. 369-379 - décembre 2003 Retour au numéro
Article suivant Article suivant
  • Cancer of the larynx in females
  • B. Sas-Korczynska, S. Korzeniowski, J. Skolyszewski

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité