Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières

Thérapeutique étiopathogénique de la carie dentaire

[23-010-F-10]
Youssef Haïkel : Professeur des Universités-praticien hospitalier, chef du département d'odontologie conservatrice-endodontie
Université Louis Pasteur, institut national de santé et de recherche médicale (INSERM U-424), faculté de chirurgie dentaire, 1, place de l'Hôpital, 67000 Strasbourg  France

Résumé

La maladie de la carie dentaire a connu une diminution substantielle chez les enfants et les jeunes adultes dans la plupart des pays industrialisés, mais reste la principale cause de l'édentation.

Jusqu'à ces dernières années, la dentisterie s'était focalisée sur le traitement mécanique et chirurgical des séquelles de la carie dentaire par la réalisation de cavités ou par le remplacement des obturations. Actuellement, une meilleure connaissance de la maladie permet d'anticiper sur l'établissement des lésions par l'instauration des stratégies qui permettent de prévenir, de contrôler la maladie et, dans le cas où elle est installée, d'arrêter ou de rendre réversibles les lésions initiales par des thérapeutiques non invasives. Le diagnostic devient donc provisoire. Seules les lésions actives sont restaurées.

L'approche médicale individuelle et personnalisée du patient pratiquée au cabinet dentaire permet de supprimer les causes de la maladie lors de la phase préventive, mais aussi d'évaluer le risque carieux à partir de la détermination : de l'indice du taux de renouvellement de la plaque après prophylaxie mécanique, du nombre de caries traitées et non traitées (bilan clinique et radiographique), des analyses microbiologiques de la salive, de la motivation à l'hygiène buccodentaire et aux soins préventifs, et du mode alimentaire.

Des thérapeutiques non invasives sont mises en place. Il s'agit de prévenir le développement de la carie par une information et une instruction du patient aux techniques d'hygiène buccodentaire visant à éliminer le facteur étiologique, de prévenir les récidives des caries par un contrôle mécanique professionnel de la plaque, de prévenir, ralentir, arrêter ou rendre réversibles les lésions carieuses infracliniques par l'application de vernis à la chlorhexidine et/ou au fluor. Les observations épidémiologiques ont démontré que l'utilisation combinée des agents de scellement des sillons dentaires et des agents fluorés topiques était efficace.

Par ailleurs, une harmonisation dans les méthodes combinées de fluoration s'impose pour éviter les surdosages et l'apparition de la fluorose dentaire. Seuls les dentifrices fluorés sont recommandés dans les communautés fluorées ou non fluorées.



Mots-clés : carie, risque carieux, prévention, reminéralisation, fluor, fluorose, chlorhexidine, scellement de sillons, analyse salivaire

Plan



© 2001  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Article précédent Article précédent
  • Étude clinique de la carie
  • C. Badet
| Article suivant Article suivant
  • Risque de carie individuel chez les enfants et les adolescents : évaluation et conduite à tenir
  • M. Muller-Bolla, S. Vital, C. Joseph, L. Lupi-Pégurier, H. Blanc, F. Courson

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à ce traité ?

Publicité