Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


P.205 - Intérêt d’une chimiothérapie intra-artérielle hépatique à base d’oxaliplatine, en adjuvant d’une hépatectomie, chez les patients à haut risque de récidive hépatique

Doi : GCB-03-2009-33-HS1-0399-8320-101019-200901535 

S Bonnet [1],

D Goere [1],

D Malka [1],

V Boige [1],

F Maire [1],

T de Baere [1],

C Dromain [1],

D Elias [1],

M Ducreux [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But : Le but de ce travail était d’évaluer le bénéfice d’un traitement par oxaliplatine intra-artérielle hépatique (CIAH) + LV5FU2 systémique en adjuvant, après résection complète de métastases hépatiques (MH) colorectales, chez des patients à haut risque de récidive hépatique, en comparaison à une chimiothérapie systémique (FOLFOX ou FOLFIRI).

Patients et Méthodes : Au sein d’une database prospective, tous les patients opérés à visée curative ≥ 4 MH, traités par CIAH adjuvante à base d’oxaliplatine (100 mg/m2) + LV5FU2 IV, pour une durée de 6 mois, ont été sélectionnés (gp CIAH) et comparés à un groupe contrôle (gp IV), répondant aux critères suivants d’appariement : opérés à visée curative ≥ 4 MH, chimiothérapie adjuvante, suivi > 3 ans.

Résultats : Le gp CIAH était composé de 16 pts et le gp IV de 59. Les deux groupes étaient comparables en terme d’âge, de sexe, des caractéristiques de la tumeur 1aire et des MH (nombre, taille, caractère synchrone ou bilobaire), du taux d’ACE, de la chimiothérapie préopératoire. Quatre pts du gp CIAH ont reçu moins de 6 cycles, en raison d’une toxicité (n = 2) ou d’une obstruction du cathéter (n = 2).

Après un suivi médian de 75 mois [36-100], la survie globale à 3 ans ne différait pas de façon significative entre le gp CIAH et le gp IV (63 % vs 57 %, p = 0,64).

La survie sans progression à 3 ans était significativement meilleure dans le gp CIAH (47 % vs 38 %, p = 0,04). La survie sans progression hépatique, et non extra-hépatique, était supérieure dans le gp CIAH (p = 0,06).

Conclusion : L’association CIAH à base d’oxaliplatine + LV5FU2 IV, après résection complète de plus de 4 MH, permet d’augmenter la survie sans progression en comparaison à une chimiothérapie IV, chez des patients à haut risque de récidive hépatique. De futures études combinant la CIAH à base d’oxaliplatine et des chimiothérapies systémiques intensifiées sont nécessaires et pourraient permettre d’améliorer la survie globale.




© 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 33 - N° HS1

P. 151 - mars 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P.204 - Evaluation des pratiques de chimiothérapie chez les patients traités pour un cancer colorectal au CHU de Bordeaux : méthodologie et résultats préliminaires de l’étude de cohorte COLCHIC
  • D Smith, E Terrebonne, JF Blanc, D Breilh, S Pedebosq, M Rouyer, N Moore, A Fourrier-Réglat
| Article suivant Article suivant
  • P.206 - Conséquences cliniques, biologiques et histologiques du cetuximab et du bevacizumab après hépatectomie pour métastases d’origine colo-rectale : étude cas-témoin
  • F Panaro, S Casnedi, I Zeca, P Bachellier, MP Chenard-Neu, P Pessaux

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité