Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les cultures sur milieu NNN dans le diagnostic biologique des leishmanioses

Doi : 10.1016/j.patbio.2008.03.007 

E. Chouihi a 1, F. Amri b 2, N. Bouslimi a 1, E. Siala a c 3, K. Selmi a, N. Zallagua c 4, R. Ben Abdallah a c 5, A. Bouratbine a c 6, K. Aoun a c 3 

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les leishmanioses, cutanée et viscérale, représentent les maladies vectorielles les plus fréquentes en Tunisie. Leur confirmation biologique est nécessaire avant l’administration des traitements contraignants, coûteux et toxiques qui leurs sont réservés. Une évaluation rétrospective de l’apport des cultures de leishmanies sur milieu NNN dans le diagnostic des leishmanioses a été réalisée sur les données de 375 cultures ayant intéressé 214 cas de LC (leishmaniose cutanée) et 125 de LV (leishmaniose viscérale) recrutés consécutivement à l’institut Pasteur de Tunis entre 1995 et 2007. La sensibilité globale au cours de la LC a été de 68,2 % ; elle était significativement supérieure avec les prélèvements de LC zoonotique (78,8 %) par rapport à ceux de LC sporadique (54,9 %) ; p<0,001. Cette différence s’explique par la pousse plus aisée sur le milieu NNN de Leishmania (L.) major, agent de la première forme nosogéographique comparativement à L. infantum, particulièrement son zymodème MON-24, agent de la seconde. Au cours de la LV, la sensibilité des couches leucocytaires était non différente de celle des moelles osseuses (MO) (58,2 % versus 70,8 %, p=0,1) témoignant de l’intérêt des prélèvements sanguins qui permettent d’éviter la traumatisante ponction de MO. Aussi bien au cours de la LC que la LV, le classique examen direct s’est révélé le plus sensible, respectivement 89,7 et 93,4 % (p<0,001 et p<0,001). Cependant, la pratique systématique de la culture, en parallèle avec l’incontournable examen direct, est recommandée. En effet, en plus de redresser certains diagnostics, 22 cas dans notre série, la culture permet l’isolement et l’identification isoenzymatique de la souche parasitaire impliquée, ce qui permet de disposer des données épidémiologiques indispensables à la compréhension des cycles parasitaires et la mise en place des mesures de contrôle appropriées. Comme toutes les cultures, celles des leishmanies sont également confrontées au problème de contamination, dont le taux a été dans notre étude de 5,9 %. Conformément aux prévisions, la contamination a concerné davantage les prélèvements cutanés, soumis à la surinfection, 8,4 % que ceux de sang ou de MO (2,5 % ; p=0,015).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Cutaneous and visceral leishmaniasis (VL, CL) represent the most frequent vector-borne diseases in Tunisia. Their biological confirmation is necessary before the administration of restricting, expensive and toxic specific treatments. Retrospective evaluation of the contribution of Leishmania cultures on NNN medium in leishmaniasis diagnosis have been done using the data of 375 cultures concerning 214 CL cases and 125 VL cases consecutively recruited in Pasteur Institute of Tunisia between 1995 and 2007. The global sensitivity of the culture in the course of CL was of 68.2%. It was significantly higher during zoonotic CL (78.8%) compared to that during sporadic CL (54.9%); p<0.001. This difference is explained by the easier thrust in NNN medium of Leishmania (L.) major, the agent of zoonotic CL than that of L. infantum, particularly its zymodeme MON-24, agent of sporadic CL. In the course of VL, and in spite of the better sensitivity of bone marrow aspirates (BMA) culture (70.8%), the blood buffy-coat, which permit to avoid the trauma induced by BM aspiration gave promising results (58.2%), the difference being not significant. Besides, in the course of both CL and VL, the direct examination of smears is revealed more sensitive, respectively 89.7% and 93.4% (p<0.01 and p<0.01). Although, systematic cultures practise, in parallel with direct examination, is recommended. In fact, in addition of straightening out some diagnosis, 22 cases in our series, the culture provide the isolation and the isoenzymatic identification of the causative species and strains allowing a better comprehend of parasite life cycles and a disposing of important epidemiological data for suitable control measures. As known with all cultures, those of Leishmania are also exposed to the contamination problem, which reached 5.9% in our study. In conformity with previsions, the contamination concerned much more cutaneous samples (8.4%) than blood or BM ones (2.5%; p=0.015).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Leishmanioses, Diagnostic, Cultures, Milieu NNN

Keywords : Leishmaniosis, Diagnosis, Cultures, NNN medium


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 57 - N° 3

P. 219-224 - mai 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Rôle du facteur high mobility group box 1 (HMGB1) dans l’induction des réponses immunitaires dirigées contre les cellules mortes
  • K. Lolmède, P. Rovere-Querini
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation du nouveau milieu chromogène StrepB Select™ pour le dépistage anténatal des streptocoques du groupe B chez la femme enceinte
  • A. Tazi, A. Doloy, H. Réglier-Poupet, M.-E. Hemet, J. Raymond, C. Poyart

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité