Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Cardiopathie aux anthracyclines

Doi : 10.1016/j.lpm.2009.02.017 

Gerald Roul 1  , Cyril Cohen 1, Ari Lieber 2

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L'accès au texte intégral de ce chapitre nécessite l'achat du livre ou l'achat du chapitre.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

Les protocoles de chimiothérapie anticancéreuse comportant une anthracycline constituent un progrès indiscutable en oncologie.

La toxicité cardiaque des anthracyclines est bien établie. La cardiotoxicité aiguë est souvent réversible et ne préjuge pas de l’avenir. Cette forme précoce n’entrave pas la poursuite de la chimiothérapie.

La toxicité cardiaque tardive des anthracyclines représente le facteur limitant majeur de leur utilisation. Elle est responsable d’une cardiomyopathie d’allure dilatée chez l’adulte. Chez l’enfant, le tableau peut être celui d’une cardiopathie restrictive.

L’existence de facteurs de risque modifiables a pu être établie et permet d’identifier des sujets à haut risque de développer une cardiotoxicité chronique.

L’insuffisance cardiaque peut survenir très longtemps après l’arrêt du traitement causal. Ceci justifie un suivi systématique et prolongé des patients asymptomatiques.

L’examen essentiel pour le suivi des patients asymptomatiques est l’échocardiographie avec toutes ses modalités (mode M ; mode bidimensionnel ; Doppler ; Doppler tissulaire ; speckle tracking…).

La cardiopathie toxique aux anthracyclines doit être traitée comme une insuffisance cardiaque par dysfonction systolique classique en incluant un inhibiteur de l’enzyme de conversion (IEC) et un bêtabloquant.

Les modifications du style de vie peuvent diminuer le risque à long terme.

Une collaboration étroite entre cardiologue et oncologue est hautement souhaitable dans la prise en charge de ces patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

Anthracycline-based antineoplastic therapy is the standard of care for various cancers today and represents a breakthrough in this area.

The cardiac toxicity of anthracyclines is well established. The acute form is often reversible and has no predictive value for the future. This early form does not prevent continuation of chemotherapy.

Late cardiac toxicity due to anthracycline is the leading limiting factor in its use. In adults, this resembles dilated cardiomyopathy, while in children it may be expressed as restrictive cardiomyopathy.

The discovery of modifiable risk factors has made it possible to identify patients at high risk of developing late cardiac toxicity and heart failure.

Because left ventricular dysfunction and heart failure may develop long after anthracycline treatment ends, prolonged close follow-up is mandatory in asymptomatic subjects.

Follow-up of asymptomatic patients requires serial echocardiography (M-mode, 2D echo, Doppler, tissue Doppler, speckle tracking, etc.).

Anthracycline-induced cardiomyopathy must be treated according to the standard guidelines for chronic heart failure with left ventricular dysfunction, by angiotensin-converting enzyme (ACE) inhibitors and beta-blockers.

Lifestyle changes may reduce the long-term risk.

Close collaboration between cardiologists and oncologists is highly desirable for optimizing management of these patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2009  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 38 - N° 6

P. 987-994 - juin 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Indications for carotid screening in patients with coronary artery disease
  • Victor Aboyans, Philippe Lacroix
| Article suivant Article suivant
  • Cardiomyopathie du péripartum
  • Nadia Bouabdallaoui, Pascal de Groote, Frédéric Mouquet

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité