Publicité

Médecine

Paramédical

Autres domaines


Devenir des rehaussements classes ACR 3 en IRM mammaire

Doi : 10.1016/S0221-0363(08)75835-9 

J. Chopier  , C. Lafont, C. Bornier, N. Perrot, C. Marsault, I. Thomassin-Naggara

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs

Savoir classer en ACR 3 (présumé bénin) un rehaussement en IRM mammaire.

Savoir gérer sa prise en charge.

Connaître sa VPP.

Points clés

Les lésions classées ACR 3 en IRM peuvent être une masse, un focus ou un rehaussement sans masse.

Le classement ACR3 repose sur des critères morphologiques et dynamiques.

Ce classement difficile est aidé par l’utilisation de système de scores.

Une corrélation topographique avec l’échographie et la mammographie s’impose.

La VPP de l’ACR 3 IRM semble supérieure à celle de l’ACR 3 mammographique surtout en cas de traduction échographique de la lésion, en cas de cancer synchrone et chez les femmes à risque.

Résumé

Le classement ACR 3 d’un rehaussement en IRM est difficile, il repose principalement sur une analyse morphologique de qualité mais également quantitative. L’utilisation de système de score peut être une aide à la décision. Une corrélation secondaire à la mammographie et surtout à l’échographie est fondamentale. L’existence d’antécédents familiaux ou personnels de cancer traité, d’un cancer synchrone, d’une traduction échographique de la lésion sont des facteurs qui majorent le risque de lésion maligne sous-jacente. Les données de la littérature révèlent une VPP entre 1 et 6 % pour les rehaussements IRM classés ACR 3.


Mots clés : Sein, IRM, Risque



© 2008  Editions Françaises de Radiologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer

Vol 89 - N° 10

P. 1287-1288 - octobre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Valeur et limite de l’echographie de deuxieme intention
  • C. Balu-Maestro, J. Souci, C. Chapellier, T. Caramella
| Article suivant Article suivant
  • Quand et comment realiser un prelevement sous TDM d’un rehaussement vu a l’IRM ?
  • P. Chérel, C. Hagay, C. De Maulmont, S. Engerand, A. Langer, B. Benaim, C. Bélichard, V. Becette

Bienvenue sur EM-consulte,
la référence des professionnels de santé.

Plus de 500 000 articles médicaux,
paramédicaux et scientifiques vous attendent.

Déjà abonné à cette revue ?

Publicité