Médecine

Paramédical

Autres domaines


Le syndrome hépatopulmonaire - 02/07/09

Doi : 10.1016/j.gcb.2009.03.013 
T. Thevenot a, , C.-M. Pastor b, J.-P. Cervoni a, C. Jacquelinet c, E. Nguyen-Khac d, C. Richou a, B. Heyd e, C. Vanlemmens a, G. Mantion e, V. Di Martino a, J. Cadranel f
a Service d’hépatologie et de soins intensifs digestifs, hôpital universitaire Jean-Minjoz, boulevard Fleming, 25030 Besançon, France 
b Laboratoire de physiopathologie hépatique et imagerie moléculaire, hôpitaux universitaires de Genève, 24, rue Micheli-du-Crest, 1205 Genève, Suisse 
c Direction médicale et scientifique, agence de biomédecine, Saint-Denis, France 
d Service d’hépatogastroentérologie, hôpital universitaire d’Amiens, place Victor Pauchet, 80054 Amiens cedex, France 
e Service de chirurgie viscérale, digestive et de cancérologie, hôpital universitaire Jean-Minjoz, 25030 Besançon, France 
f Service de pneumologie et réanimation, hôpital Tenon, 4, rue de la Chine, Paris 75970 cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le syndrome hépatopulmonaire est caractérisé par une hypertension portale avec ou sans cirrhose, une augmentation du gradient alvéolo-artériel en oxygène en air ambiant supérieure ou égale à 15mmHg, et des dilatations vasculaires intrapulmonaires au niveau des vaisseaux capillaires. Chez les malades cirrhotiques, la prévalence du syndrome hépatopulmonaire est estimée à 20 %. Le diagnostic est fait par l’échographie cardiaque de contraste. La physiopathologie du syndrome hépatopulmonaire ferait intervenir essentiellement une augmentation de la production pulmonaire de monoxyde d’azote. L’hypoxémie s’aggrave progressivement et augmente la mortalité. Une surveillance rapprochée des patients hypoxémiques est nécessaire pour envisager une transplantation hépatique dans des conditions optimales. En effet, les principaux facteurs de mortalité postgreffe sont une PaO2 inférieure ou égale à 50mmHg seule ou associée à un shunt isotopique supérieur à 20 %. Nombreux sont les médicaments qui ont été testés dans le syndrome hépatopulmonaire, mais les résultats probants sont rares : la poudre d’ail et, plus récemment, les aérosols d’iloprost pourraient améliorer de façon prolongée l’oxygénation des patients avant et après la transplantation hépatique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Hepatopulmonary syndrome is characterized by the presence of portal hypertension with or without cirrhosis, an increased alveolar-arterial oxygen partial pressure difference greater than or equal to 15mmHg, and dilated pulmonary capillaries. Hepatopulmonary syndrome is found in up to 20% of patients with cirrhosis and should be considered in any patient who develops dyspnea or hypoxemia. Contrast echocardiography is enough to make the diagnosis of hepatopulmonary syndrome. The exact pathophysiology of hepatopulmonary syndrome remains unknown but nitric oxide is an important factor underlying hepatopulmonary syndrome. Hypoxemia progressively deteriorates and worsens the prognosis of cirrhotic patients. Hypoxemic patients must be controlled regularly to optimise the timing of liver transplantation. Indeed, a preoperative PaO2 of less than or equal to 50mmHg alone or in combination with an isotopic shunt fraction greater than or equal to 20% are the strongest predictors of postoperative mortality. There are currently no effective medical therapies for hepatopulmonary syndrome but garlic powder and iloprost inhalation demonstrate clinical improvements in the pre- and in the post-transplant period.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 6-7

P. 565-579 - juin 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Operative risks of digestive surgery in cirrhotic patients
  • R. Douard, C. Lentschener, Y. Ozier, B. Dousset
| Article suivant Article suivant
  • Optimizing ribavirin dosage: A new challenge to improve treatment efficacy in genotype 1 hepatitis C patients
  • V. Loustaud-Ratti, F. Stanke-Labesque, P. Marquet, M.-C. Gagnieu, M. Maynard, G. Babany, C. Trépo, The French Ribavirin Group OPTIRIB 1

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.