Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intoxications par les pesticides organophosphorés : nouveaux concepts - 13/10/09

Doi : 10.1016/j.reaurg.2009.05.006 
H. Thabet a, , N. Brahmi b, N. Kouraïchi b, H. Elghord b, M. Amamou b
a Centre d’assistance médicale urgente, service des urgences médicales et toxicologiques, 10, rue Aboulkacem-Chebbi, Montfleury, 1008 Tunis, Tunisie 
b Centre d’assistance médicale urgente, service de réanimation médicale et toxicologique, 10, rue Aboulkacem-Chebbi, Montfleury, 1008 Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les intoxications aigües par les pesticides organophosphorés (OP) sont responsables d’une lourde mortalité mondiale, en particulier dans les pays en voie de développement à fort potentiel agricole. L’essentiel de cette mortalité concerne les ingestions dans un but suicidaire. Ces produits OP sont responsables d’intoxications de gravité variable selon la nature du composé et des quantités ingérées. Le tableau clinique résulte d’une inhibition des cholinestérases aussi bien de la jonction synaptique des fibres du système nerveux central que des érythrocytes ou du plasma (appelées alors pseudocholinestérases). Il comporte classiquement trois syndromes : muscarinique, nicotinique et encéphalique pouvant coexister chez un même malade. La prise en charge précoce et adéquate nécessite des moyens de réanimation symptomatique pas toujours disponibles dans les pays aux ressources limités. Le traitement antidotique comporte l’administration d’atropine et d’oximes. L’administration systématique de ces derniers reste cependant un sujet de controverse, vu leur efficacité inconstante, dépendante de certains paramètres tels que le type d’OP ou le délai d’administration. La décontamination digestive par lavage gastrique pourrait être utile uniquement dans l’heure suivant l’ingestion et après stabilisation du patient. Le charbon activé n’a pas de place au vu des dernières études. D’autres thérapeutiques prometteuses sont en cours d’évaluation comme l’alcalinisation ou l’administration de sulfate de magnésium.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Organophosphorus poisoning (OP) represents a major clinical concern responsible of persistent elevated mortality in the developing countries and resulting in frequent emergent hospital admission. Acute OP toxicity is primarily caused by the inhibition of cholinesterases. Diagnosis is based on specific clinical features including muscarinic and nicotinic overstimulation as well as reduced activity of both erythrocyte acetylcholinesterases and plasma butyrylcholinesterases. Treatment should firstly guarantee adequate breathing and circulation. Control of excessive neurostimulation is obtained with the administration of atropine sulphate as muscarinic receptor antagonist and an oxime as a cholinesterase reactivator, in spite of the lack of evidence-based data. Gastrointestinal decontamination should only be considered for patients who present within 1 h after the ingestion of a significant OP amount and only after stabilisation. Regarding activated charcoal, there is no evidence for its efficiency. The interest of several affordable therapies including magnesium sulphate and alkalinisation that may complete present therapies is currently investigated.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Intoxication, Organophosphoré, Atropine, Oximes, Alcalinisation, Sulfate de magnésium

Keywords : Poisoning, Organophosphorus, Atropine, Oxime, Alkalinisation, Magnesium sulphate


Plan


© 2009  Société de réanimation de langue française. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 18 - N° 7

P. 633-639 - octobre 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mécanismes moléculaires de la tolérance aux opiacés et aux cannabinoïdes
  • N. Marie
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge des patients adultes souffrant d’un coma chronique postanoxique : résultats de l’enquête de la SRLF

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.